dimanche 31 juillet 2011

Amour faux, amour vrai - Aime toi et regarde - Osho

Je traduis quelques passage de "Osho: love, freedom, aloneness. The koan of relationships. Edition St Martin's Griffin"
C'est beauuuuu ;-))  c'est clair...
C'est ici une des bases de la vrai spiritualité: pas d'attente, oui à ce qui est, et s'aimer soi-même !
Dès qu'on cherche à se nourrir d'une situation, d'une relation, de quelqu'un, la vie devient très compliquée..


L'amour qui peut devenir un contact avec la vérité provient du contact avec votre conscience, pas de votre corps, mais les personnes ne connaissent pas leur conscience, et le malentendu continue encore et encore: leur envie corporelle est prise pour de l'amour.
Très peu de personnes sur cette terre ont connu l'amour. ce sont les gens qui sont devenus très silencieux et en paix... et depuis ce silence et de cette paix ils entrent en contact avec leur être profond, leur âme.
Une fois que vous êtes en contact avec votre âme, votre amour devient non pas une relation mais comme votre ombre. Où que vous alliez, avec qui que vous soyez, vous êtes amour.
L'avidité ne fait que vouloir et ne donne jamais, et l'amour ne sait que donner et ne demande rien en retour.
L'amour n'oblige jamais. Au contraire, lorsque quelqu'un reçoit votre amour, vous vous sentez obligé. L'amour est reconnaissant d'avoir été reçu.
L'amour n'attend jamais d'être récompensé, même pas d'être remercié. Si le remerciement vient de l'autre côté, l'amour est toujours surpris - c'est une plaisante surprise, car il n'y avait pas d'attente.
Vous ne pouvez pas frustrer l'amour réel car il n'y avait pas d'attentes à l'origine. Et vous ne pouvez pas combler l'amour faux car il est tellement basé sur des attentes que quoi que vous fassiez ce ne sera jamais assez.
Lorsque vous n'êtes pas attaché à votre amoureux, l'amour atteint son sommet. Dès que vous vous attaché vous commencez à chuter. L'attachement est une forme de gravitation, le non attachement et la grâce. L'amour faux est un autre non pour l'attachement; l'amour vrai est très détaché.
Aime toi toi-même et regarde: Bouddha (tiré du Dhammapada)
Aucun état, aucune église n'a jamais voulu que vous ayez une âme forte, car une personne avec de l'énergie spirituelle risque de se rebeller. 
L'amour vous rend rebelle, révolutionnaire. L'amour vous donne des ailes pour monter haut.
Un humain qui s'aime réalise qu'il n'y a pas d'égo en lui. C'est en aimant les autres, sans s'aimer soi-même, en essayant d'aimer les autres, que l'égo surgit.
Un humain qui s'aime, se respecte, et respecte les autres également.
S'aimer soi-même est extatique. Petit à petit les ondulations atteignent de plus en plus loin. Vous aimez les autres gens, vous commencez à aimer les animaux, oiseaux, arbres, pierres. Vous pouvez remplir tout l'univers avec votre amour. Une simple personne est suffisante pour remplir tout l'univers avec de l'amour, une simple ondulation peut remplir tout un lac d'ondulation - une petite ondulation.
Je vous dis de vous aimez vous-même d'abord. cela n'a rien à voir avec l'ego. En fait, l'amour est une telle lumière que les ténèbres de l'ego ne peuvent exister avec. Si vous aimez les autres d'abord, si votre amour est focalisé sur les autres, vous allez vivre dans les ténèbres. Tourner votre lumière vers vous-même d'abord, devenez une lumière vous-même. Laissez la lumière dissiper votre ombre, vos faiblesse intérieures. Laissez l'amour vous faire de vous une force très puissante, une force spirituelle.
Personne ne se trouve assez valable, personne ne se pense comme une création de Dieu. L'humanité a vécu sous un sombre, sombre nuage d'auto-condamnation.
Si vous vous condamnez vous-même, comment pouvez vous célébrer l'existence ?
Si vous ne pouvez pas célébrer l'existence en vous, vous allez devenir incapable de célébrer l'existence chez les autres, ce sera impossible.
C'est pourquoi les gens sont de tels chercheurs de défauts. Ils  trouvent des défauts en eux, comment peuvent ils éviter de trouver des défauts chez les autres.
Le bouddha dit "aime toi-toi-même"... ceci peut devenir la fondation d'une transformation radicale.
Le jour où vous pourrez vous considérez vous-même comme digne et aimé par l'existence - sera un jour de grande bénédiction.
Et une personne qui s'aime elle-même peut facilement devenir méditative, car la méditation signifie être avec soi-même. si vous vous détestez, comment pouvez vous être avec vous-même ?.
Et la méditation c'est apprécier sa magnifique solitude, se célébrer. Seul un humain qui s'aime peut méditer; sinon vous êtes tout le temps en train de vous échapper, de vous éviter.
C'est pourquoi les gens cherchent tout le temps de la compagnie, Ils ne peuvent pas être avec eux-même.
Aime toi toi-même dit le Bouddha et ensuite il dit immédiatement "regarde". Ceci est la méditation. Mais le premier point est de s'aimer et après de regarder. Si vous ne vous aimez pas et vous commencez à regarder, vous aurez l'impression de vous suicider. Beaucoup de bouddhistes ont l'impression de mettre fin à leur jour car ils ne font pas attention à la première partie du sutra. Ils sautent immédiatement à la seconde partie: "observez vous". En fait, je ne suis jamais tombé sur un seul commentaire du Dhammapada qui a fait attention à cette première partie "aime toi toi-même".
Un jour j'étais avec un moine bouddhiste, Jadish Kasyap. Il était un homme bon. Nous parlions du Dhammapada et nous sommes arrivés à ce sutra, et il a commencé à parler de l'attitude de témoin, comme si il n'avait pas lu du tout la première partie. Je n'avais jamais pensé que "aime toi toi-même" était la première partie de la méditation, dit-il.
Et ceci est le cas de millions de bouddhistes et de néo-bouddhistes partout dans le monde. Personne ne pense que s'aimer soi-même doit être la fondation de se connaître soi-même, de s'observer. Par s'aimer soi-même on entend s'accepter.

En vous aimant vous-même, vous aurez détruit beaucoup de ce que la société a implanté en vous.
Le second pas: regardez, juste écoutez: tout. En marchant regardez votre marche, en mangeant, regardez, en vous douchant, regardez l'eau, la fraîcheur, regardez tout tout le temps.
Un moment viendra où vous pourrez même regarder votre sommeil. Maintenant votre corps est réveillé mais vous êtes endormi. Alors votre corps sera endormi mais vous serez éveillé.
L'âme s'élève de plus en plus haut. Lorsque vous devenez d'avantage conscient, vous commencez à avoir des ailes, alors tout le ciel est à vous.
L'humain est une rencontre de la terre et du ciel, du corps et de l'âme.

Bravo Osho ! clap, clap, clap !   A suivre....

mardi 26 juillet 2011

Buts de l'incarnation. Mécanismes cachés du monde. Allan Kardec

Pourquoi vient on sur terre ?
On a déjà abordé ce point dans ce post ici: http://advaita22.blogspot.com/2011/01/pourquoi-chaque-ame-vient-sur-terre.html
Existe-t-il un livre qui explique cela en détail, en particulier qui traite assez sérieusement de la question de la prédestination (tout est il pré-déterminé même les détails ?), du choix de nos épreuves (avons nous choisi en tant qu'âme, ce choix s'applique t-il même aux détails ?), du libre arbitre ou de l'absence de libre arbitre, de la question des différences d'évolutions entre les âmes, de l'existence des guides, de ce que l'on devient après la mort physique, de l'influence des défunts sur les vivants ?
Assurément, un de ces livres est "le livre des Esprits" d'Allan Kardec: http://www.amazon.fr/livre-esprits-Contenant-principes-limmortalit%C3%A9/dp/2290346888/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1311712888&sr=1-1
On retrouvera également des choses similaires dans ce livre de fond de Michaël Newton: http://www.amazon.fr/Souvenirs-lAu-Del%C3%A0-Michael-Newton/dp/2914569637/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1311712695&sr=8-1
Ces deux ouvrages ne sont pas des élucubrations, mais ont été établis de manière presque scientifique.
En effet, lorsque l'on est en contact avec un Esprit, on peut faire des tests scientifiques, leur demander de prouver des choses, de se manifester de telle ou telle façon (je fais référence au premier livre). De même, lorsque sous hypnose on sort nos vies antérieures, on peut prouver après, aller rechercher des détails, c'est d'ailleurs ainsi qu'à commencé la thérapie des vies antérieures, lorsque des clients de psychothérapeutes racontaient spontanément leurs vies antérieures, certains psy ont laissé tombé, d'autres plus curieux sont allés faire des enquêtes.... comme le dit le médecin Jean Jacques Charbonnier, aujourd'hui il faut être vraiment de mauvaise foi pour nier l'existence de l'Âme, on a des preuves scientifiques (selon plusieurs approches différentes)...

Et également un troisième livre étonnant (à lire après les autres et lecture optionnelle): Âmes courageuses de Robert Schwartz : http://www.amazon.fr/Ames-courageuses-programmons-nous-d%C3%A9fis-naissance/dp/2880633621/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1311712995&sr=1-1

Le livre d'Allan Kardec est peut être le livre le plus important à connaître.. sachant que certains méchanismes ont un peu évolués depuis 1850..
S'agit il de simples croyances ?
Au début je me le demandais en effet, dans la mesure où cela ressemble un peu à une religion catholique que l'on aurait "new-agisé", en remettant la réincarnation et une bonne dose d'ésotérisme et en parlant beaucoup de l'Âme...
Mais en commençant un travail de fond avec des médiums de renom, qui me mettent en contact avec des membres de ma familles décédés, et avec qui je ne discute pas seulement de la simple question de savoir si je vais un jour trouver la femme de ma vie ( lol), et bien je constate que les membres défunts de ma famille (que je peux reconnaître à leurs propos, les détails qu'ils me donnent et pour certains à leurs énergies), bref ces chères Âmes me confirment ce que l'on trouve dans les livres ci dessus...
Voilà déjà un premier point.
Restait encore un bug d'envergure.... ayant étudié assez en profondeur des voies tibétaines, y compris avec des petites retraites dzogchen, ayant aussi une connaissance des écritures et rencontre des sages indiens contemporains ... je ne retrouvais rien de tel.... il y avait avec eux une sorte d'insistance sur la nature de l'esprit plus ou moins vide, au détriment du reste....... pour certains je pense que c'est une position pédagogique, pour d'autres c'est peut être l'expression de leur ignorance...
Par contre, un jour, j'ai ouvert le livre "l'Enseignement de Ma Ananda Moyi", spiritualité vivante, volume 209 http://www.amazon.fr/Lenseignement-Ananda-Moy%C3%AE-Ma-Ananda-Moyi/dp/2226151788/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1311748262&sr=8-1... et là j'ai presque tout retrouvé de l'ouvrage d'Allan Kardec; l'évolution de l'âme qui cherche à s'épurer pour rejoindre la perfection et le bonheur éternel, les épreuves de la vie et leurs rôles, etc..

Un système théologique où l'on ne parle jamais de cela, sous prétexte que ce serait des illusions mentales, qu'il n'y a pas d'identité de l'Âme qui survit après la mort, dans lequel il n'y a pas d'êtres de lumière autour de nous ..... alors justement peut être est ce système là qui est une pure construction mentale.. 

Lorsqu'on entend les "extrémistes" de la non-dualité, en particulier des "éveillés" du néo-vedanta, ou encore beaucoup de "maîtres" bouddhistes, et bien on entend que l'Âme est parfois niée et on occulte tout ce qui se passe ailleurs.... c'est peut être parce que ces personnes ne savent pas, ne perçoivent pas.... en effet, si l'on regarde les écrits d'un des papes de la non-dualité (Ramana Maharshi) et qu'on lui demande si il voit les morts, alors lui, qui avait un vrai niveau d'éveil, au moins il dit: "oui je les vois la nuit, je passe par leurs plans "... et ensuite on lui demande "pouvez vous me les montrer ?"... alors il dit "non, mais un yogi le peut" (l'enseignement de Ramana Maharshi), collection spiritualité vivante, volume 58.

La vie est grandiose, avec une "échelle de Jacob" à monter pour se rapprocher d'avantage de l'Unique, notre vraie nature est plus Esprit qu'être incarné (car d'un point de vue temporel on passe plus de temps sous forme d'Esprit que sous forme incarnée), et le réel ne se réduit pas à la vacuité !
On ne peut redescendre de son niveau d'évolution d'Âme (mais on peut descendre de position sociale !) mais monter nécessite une décision "individuelle", une volonté, fruit de notre libre arbitre, c'est ce qui ressort de la lecture de ceux qui ont été ressenti comme les plus lumineux (je pense notamment à Ma Ananda Moyi).
C'est pourquoi Ma Ananda Moyi disait, "si vous n'avancez pas, vous ne pouvez que vous en prendre à vous même !".
God bless !

lundi 25 juillet 2011

Zen et éveil


Au début je ne comprenais pas bien le zen.. cela me semblait un peu intello et je ne voyais pas trop où ils voulaient en venir.... maintenant c'est plus clair.....
En gros, à force de méditer (zazen), vous vous apercevez que votre Esprit est clair, vide/plein, lumineux... bref que tout va bien au centre de vous....cet esprit est vu en tant que Sujet et non un Objet...cela on le réalise pas forcément d'un coup, c'est suite à plein de satoris (éveils soudains) temporaires, où une immence clareté, un immense silence vous envahit et passe en premier plan....les soucis se trouvant soudainement très très loin en arrière plan, comme une simple petite mouche, et la Présence qui vous habite vous comble alors..
Et ensuite, c'est tout l'art du zen, de nous amener à comprendre que l'Esprit "ne peut pas se saisir lui-même", c'est à dire que, au delà du simple fait que l'Esprit est auto-lumineux (j'emprunte ici au dzogchen et non au zen), et qu'il s'éclaire lui-même, comme la flamme d'une bougie, au delà de cette chose qui est ressentie (et dont le zen ne parle pas en général), et bien il n'y a rien de spécial à faire, c'est à dire qu'il n'y a pas à modifier cet Esprit (on retrouve ici la "grande perfection naturelle" du dzogchen). Dès lors, une fois que vous avez réalisé cela, et que vous avez vu que les problèmes étaient illusoirs (sur un certain plan), le dernier problème étant de se croire un chercheur spirituel qui doit atteindre l'éveil (ce qui sur le plan mental est paradoxalement exact mais qui n'est au fond qu'un ensemble de concepts, valides à leurs niveaux), et bien il n'y a rien de spécial à faire, c'est ainsi que vous continuez votre vie comme si de rien n'était, que "vous portez de l'eau" et que "vous sciez du bois" et que l'ordinaire est devenu extraordinaire.... c'est pourquoi les maîtres zen vont souvent ramener à un élément présent dans l'environnement, face à une question spirituelle... si on leur demande ce qu'est l'éveil, ils peuvent répondre "le cerisier dans la cour"... par contre il ne faut pas se méprendre, cela s'adresse, sauf exception, à quelqu'un qui a fait toute une démarche méditative et de questionnement... parce que si d'emblée on va dans ce non-faire, cela ne sera pas l'éveil, cela sera ce que les tibétains appellent "black-diffusion", c'est à dire qu'on sera tout le temps distrait par les pensées et non pas dans la pleine conscience naturelle qui est un truc hyper lumineux... comme dit Gilles Sinquin, il parle du Soi Superlumineux, j'aime cette expression... ainsi, si un maître zen ou un maître dzogchen ne fait rien de spécial, il n'est jamais distrait non plus car il est dans un autre niveau de conscience, lequel n'a pas été créé mais provient plus d'une clarification de ce qui était là...
En effet, il me semble qu'il en est bien ainsi, on peut dire cela comme cela, sauf que, à mon sens, cela ne marche que dans un monastère zen lorsque l'on est présence journalière avec un maître ayant déjà ce niveau de conscience.... alors il y a en quelque sorte une contagion.... parce que si on essaye de faire cela tout seul, il y a de forte chance que l'on reste au niveau mental... comme dirait Amma (a propos du Vedanta), ce sera sec comme de la pierre...
En d'autres termes, il y a un élément de Grâce, car l'éveil (ou un début d'éveil) c'est un autre niveau vibratoire... quand cela vous arrive vous avez l'impression que l'on vous a gratifié d'un "vêtement de lumière", de vibrer à un autre niveau, comme si "un Ange vous était tombé dessus", ou encore comme si votre Âme était descendue... alors oui, à ce moment, on peut dire qu'on ne ressent plus le besoin de faire quelque chose pour améliorer l'Esprit, que simplement les choses comme elles sont nous conviennent, que le cerisier dans la cour c'est cool.... oui à ce moment là on lâche prise parce qu'on se sent bien comme c'est, on a juste un mot à dire "merci"... je n'ai jamais rien sniffé mais je pense que c'est un peu le même effet...
Cette chose ne provient pas en direct d'un exercice.... même si beaucoup disent que les exercices y préparent... on ne voit pas trop la cause à effet.... le chercher, le vouloir, parler à ces Anges, fréquentez des personnes et des lieux connectés, certainement cela contribue... aussi commencer à se détendre, à lâcher ses attentes innombrables (plutôt je dirais à atténuer un peu ses attentes, les transformer en préférences), cela contribue sûrement mais cela ne génère pas directement...
Ensuite il faut savoir que cela peut venir puis repartir, souvent cela ne s'installe pas d'un coup, notamment car cela doit s'installer sur les structures existantes (la structure égotique, qui doit perdurer pour un fonctionnement possible ici sur terre), et que si la lumière s'installait d'un coup définitivement, on risquerait de péter un câble..par ailleurs l'égo lui-même, submergé par la lumière, panique et se demande ce qui se passe, souhaite légitimement reprendre sa place en avant, d'autant plus si vous n'avez personne pour vous guider sur le plan physique..
Cette petite précision apportée, je reviens à quelques extraits du zen qui vont illustrer les propos du début de l'article. Les commentaires ne valent que ce qu'ils valent, ce sont les miens !

De Shunryu Suzuki.. "Esprit zen, esprit neuf:"
Dans l'introduction, en parlant de Shunryu, Richard Baker écrit: "en ce qui concerne la qualité de sa vie, les résultats sont extraordinaires - énergie et ressort de caractère, vigueur, attitude directe, simplicité, humilité, sérénité, gaité, perspicacité surnaturelle et compassion infiniment profonde. Tout son être témoigne de ce que signifie vivre dans la réalité du présent."
C'était bien de le rappeler, car les maîtres zen ont parfois tendance à dire qu'il n'y a rien de tel que l'éveil, ce qu'ils veulent dirent en fait c'est ce que j'ai expliqué au début de cet article.
Passons à ce que dit Suzuki:
"Le but de la pratique est de garder toujours l'esprit du débutant"
Voilà, il veut dire, qu'après toute la démarche que j'ai expliqué ci dessus, il ne fait rien de spécial, il vit sa vie, chaque instant une découverte, et ne prétend pas être quoique ce soit.... l'esprit a été vu (ce qu'ils ne disent pas), mais ne peut être saisi car il est nous même, pur sujet, ainsi donc en quelque sorte on ne peut jamais savoir qui on est, d'où cet esprit de débutant... évidemment cela ne veut pas dire que rien n'a changé dans le niveau de conscience...
"Si l'état d'esprit que vous avez pendant zazen ne suffit pas à vous satisfaire, c'est que votre esprit vagabonde encore. Notre corps et notre esprit de devraient pas vaciller ni vagabonder. Dans cette position, nul besoin de parler de juste état d'esprit. Vous l'avez déjà. C'est cela la conclusion du bouddhisme"
Voilà, il a vu qu'il était esprit clair et vaste dans lequel tout surgit, après il a vu qu'il n'y a rien de spécial à fabriquer, qu'en fait on était déjà libre, comme un poisson dans l'eau qui n'a plus soif, que ce sont nos pensées et nos mémoires émotionnelles qui voilent l'éclat naturel de l'esprit. Par ailleurs l'idée d'être quelqu'un est juste une idée, tout à fait OK à son niveau d'ailleurs..
"C'est assez mystérieux: pour ceux qui n'ont pas fait l'expérience de l'illumination, l'illumination est une merveille; mais s'ils l'atteignent, ce n'est rien. Et pourtant ce n'est pas rien. Comprenez vous ? Pour une mère qui a des enfants, avoir des enfants n'est rien de spécial. C'est zazen. Aussi si vous continuez cette pratique vous acquerrez de plus en plus quelque chose - rien de spécial mais cependant quelque chose."
Là il parle du paradoxe entre pratique et non-pratique, entre approche progressive et approche immédiate, surtout le fait que une fois que Cela est là, cela semble tout naturel.... mais avant c'est quand même bien planqué ! Après une fois que c'est là, c'est là... il dit que c'est rien parce que c'est difficile à décrire, ce n'est pas une chose, c'est vibratoire, lumineux, subtil et fort à la fois..
"Etre un humain, c'est donc être un Bouddha. Nature de Bouddha n'est qu'un autre nom pour dire nature humaine, notre vraie nature humaine"
Attention là il s'adresse à quelqu'un qui baigne déjà pas mal dans la lumière....
En effet quelques lignes plus loin:
"Vous verrez votre expérience devenir de plus en plus profonde, et vous la verrez couvrir toutes vos activités quotidiennes."
[....]
"Nous insistons surtout sur une ferme confiance en notre nature originelle"
Pour ceux qui connaissent le dzogchen et le testament de Garab Dorje, on retrouve la même chose, et Ramana Maharshi et d'autres comme Poonja disent que ce qui faut enlever c'est l'idée que l'on n'est pas éveillé.... certes mais cela c'est qu'une fois que quelque chose se passe, parce que sinon avant c'est mental... il ne suffit pas de se dire qu'on est déjà éveillé pour le faire arriver.... un début d'éveil c'est un vécu vibratoire, vous baignez dans la lumière, et vous vous sentez super bien sans raison, vous vous sentez vraiment illuminé de l'intérieur, ce n'est pas quelque chose de plat et de banal comme je lis parfois des personnes "éveillées" dans le courant du néo-vedanta le dire..... c'est à ce moment que la phrase s'applique en plein, il faut comprendre que c'est nous, notre nature originelle, notre Âme, notre Atman, notre Ange d'Âme (pour ceux qui suivent la Kabbale), notre double lumineux, etc.....  ensuite comme ce Centre est relié au tout, arrive des aperçus de l'Unité, mais cela non plus ce peut être provoqué..
"Essayer ainsi de ne voir rien en particulier; essayez de n'accomplir rien de spécial. Votre propre pure qualité possède déjà tout. Si vous comprenez ce fait ultime, la peur n'existe pas. Bien sûr, il peut y avoir une certaine difficulté, mais il n'y a pas de peur".
Oui c'est juste, quand l'Âme est descendue (ce n'est qu'une image) vous vous sentez protégé par ce manteau de lumière, plus de peur.... mais c'est une conséquence, pas une cause... ce n'est pas en essayant de ne plus avoir peur que cela arrive.... si vous avez peur, acceptez la peur.... lorsque l'on se vit comme un corps physique dans le monde actuel c'est légitime d'avoir peur, sans comptez nos mémoires de vies antérieures...et la peur ambiante...ce qui n'empêche pas de faire des pratiques de respirations du hara pour se renforcer à ce niveau (franchement cela prend 10 minutes par jour, alors !!), chaque niveau existe...
"Nous devrions établir notre pratique là où il n'y a ni pratique ni illumination. Tant que nous pratiquons zazen là où il y a pratique et illumination, nous n'avons aucune chance de faire en nous-mêmes la paix parfaite. En d'autres termes, nous devons croire fermement en notre vraie nature.
Le meilleur moyen d'atteindre la sérénité parfaite est d'oublier tout".
Voilà, il parle de ce qu'il faut faire une fois qu'on a avancé dans la démarche. Après on peut être, et on ne peut pas se forcer à être spontané, "soyez spontané", cela n'a pas de sens... alors effectivement on oublie la voie et la pratique (qui devient plus une expression si on a envie de la faire, comme une danse, ainsi que le propose le Shivaïsme du Cachemire)... C'est là qu'on retrouve tous les propos apparemment absurdes et humoristiques (presque humour noir parfois !) d'Eric Baret, genre "à quoi sert le yoga ? à rien du tout... cela ne vaut pas mieux que d'aller à la pêche à la ligne".
Oui c'est vrai, une fois que le déclic a eu lieu et peut être même avant d'ailleurs...
"Mais c'est pendant zazen que vous aurez l'expérience la plus pure, la plus authentique de l'état de vacuité de l'esprit"
Voilà, en tant qu'enseignant, il doit dire que la méditation peut quand même servir, en gros il vaut mieux en faire que de ne pas en faire... mais comme je l'ai déjà mentionné dans un article d'Osho, en général les choses sérieuses et durables arrivent plutôt en dehors de la méditation...

On peut retrouver aussi des idées similaires, dans un livre de fond, un peu intello, "le bouddhisme zen", d'Alan Watts:
"L'Impossibilité de saisir l'esprit avec l'esprit équivaut, lorsqu'on en a conscience, à la non-action, à être assis paisiblement sans rien faire."
Et encore:
"Le satori (éveil) ne se manifeste que lorsqu'on est convaincu de l'impossibilité pour l'esprit de se saisir lui-même"
Il y a aussi un dicton zen qui dit que "réaliser l'impossibilité d'atteindre l'éveil, c'est cela l'éveil"
Je termine cet article sur cette dernière phrase, qui me fait mourir de rire, mais qui, sauf cas exceptionnel à la Yolande, s'applique plutôt à quelqu'un qui a un minimum usé son fond de culotte sur un zafu et qui commence à vivre la gratitude de sentir la Présence Céleste, à ce moment là, la recherche en tant que telle se transforme d'elle même en écoute..
Moi je ne peux que vous encourager à poursuivre votre recherche qui se terminera en non recherche et en gratitude... tout est possible, peut être cela peut aller vite, cela dépend aussi de ce que vous avez fait dans vos vies antérieures... et la période est favorable avec les énergies...
Souvent c'est des rencontres, vous rencontrez quelqu'un, puis encore quelqu'un, puis quelqu'un vous donne un message, vous commencez à décoller, après vous retombez, vous vous dites "la crotte, j'en ai marre de tout ce truc spirituel, cela ne marche pas, cela fait 20 ans que je suis sur l'affaire", vous déprimez, vous oubliez (un peu à juste titre), puis après cela revient, une nouvelle rencontre, une nouvelle présence lumineuse et invisible à vos côté..... faut pas lâcher l'affaire..... franchement faut être pragmatique, comme disaient Ma Ananda Moyi et Amma, on consacre un temps fou pour ses études, son job, et on ne consacre presque rien pour la recherche spirituelle.... par un enchainement de circonstance, en quelque sorte depuis 2 ans je ne fais plus que cela ! mais je n'ai pas vraiment choisi (enfin pas au niveau humain, moi au niveau humain je serai encore à chercher ma joie dans la matière).... mais, je me suis retrouvé coincé dans ma vie perso avec un gros malaise, c'est tout ce truc qui m'a poussé à chercher à donf......... je pense que quand c'est le moment c'est le moment...à ce moment là vous êtes aidés, mais, c'est discontinu, parfois vous vous retrouvez plusieurs semaines dans un trou noir.... et puis après votre lumière revient à chaque fois mieux intégrée à la structure égotique !
Bon voilà, cet article est plus perso, ainsi que le précédant, je ne sais pas si cela se renouvelera de sitôt !
Mais on me pousse à écrire..
Bises à tous !

samedi 23 juillet 2011

Récit d'un magnifique stage de médiumnité chez Hélène Polesel


Revenant de 5 jours passés en stage chez la médium Hélène Polesel, je partage ici quelques impressions.
Contrairement à de nombreuses personnes "spirituelles" que je connais, je tiens pour ma part la médiumnité (de qualité) en haute estime. D'une part ce sont des médiums qui m'ont tiré du pétrin en 2009, d'autre part, du peu que j'ai compris, la spiritualité consiste à réaliser l'unité sous jaçente, à inter-être comme dit Thich Nath Hanh... et donc je ne vois pas bien comment on peut avancer spirituellement sans passer naturellement par la phase de médiumnité, qui est un phénomène naturel à un certain stade de décrispation mentale...

Hélène est médium, notée 4 étoiles au guide Michelin (euh, non au guide de la voyance, Anne Placier, éditions Trajectoires, édition actuelle: 3ième édition de 2009). J'ai rencontré Hélène 2 fois en 2010, sur conseil d'une amie Isabelle. Une première consultation bouleversante pour moi où à ma demande Hélène se branche sur mon grand père (en fait ce sont les défunts qui viennent spontanément). Ce dernier nous décrira via Hélène ce qui s'est passé dans ma famille depuis son départ, assorti de conseils, dans lesquels je retrouve sa façon de voir les choses... Je demande également son avis à Hélène sur 2 personnes vivantes: le portrait présenté est immédiat, tranchant, profond...
"C'est bien, mais je vous trouve encore un peu fragile du plexus" me dit-elle... 
Sur le coup je ressors scotché, un peu troublé car Hélène dégage beaucoup d'énergie... le soir je vois Marie au dessus de moi, très haut dans le ciel, avec une immense "perche" entre mon coronal et Elle...
"ça c'est la reliance à Marie" me dira Hélène.


Quelques mois plus tard, je fais un stage d'une journée avec Hélène, où l'on essaye sur photos de recevoir des messages de défunts (les photos sont échangées entre stagiaires afin de ne pas avoir à travailler sur un défunt que l'on connaît)... les stagiaires confirment ou infirment nos ressentis (symboles, messages, odeurs)... ensuite Hélène se branche à son tour, à la fois sur nous pour voir ce que l'on a perçu, et ensuite sur le défunt... et là ce fut le festival, car nous avions tout à tour le message de 15 défunts qui donnent toute la précision sur ce qui c'est passé dans les familles depuis leur départ... les participants, dont bon nombre étaient endeuillés, en étaient bouleversés... cette séance était précédée de conseils, et aussi d'une première partie sur le calcul de nos Anges de la Kabbale...
Je suis ressorti de tout cela très impressionné, alors que j'avais déjà plus de 20 ans de spiritualité au compteur..
Mais je ne pouvais pas l'intégrer, c'était juste trop incroyable pour moi... on le voit, on l'entend, c'est là, et pourtant le mental au bout de quelques jours revient et dit que ce n'est juste pas possible, étrange !

Cet été, je décide donc de faire le stage de 5 jours. Reçu chez Hélène dans sa maison à Chelles (77), cuisine familiale par Maria, 15 à table, comme des repas de famille... quel bonheur de mettre les pieds sous la table (non tournante !) quand on est seul pour se faire à manger habituellement ! Tiens cela me fait penser, une autre médium intéressante, Sara Isabelle, également 4 étoiles au Michelin, m'avait décrit ce stage il y a 2 ans. "Vous rencontrerez une femme sur Paris qui sera importante pour vous, je la vois en aube avec des boules de feu qui partent vers vous, cela signifie transmission.. il y a comme cela 2 ou 3 personnes que l'on rencontre dans sa vie qui sont importantes pour nous... vous aurez l'impression d'être dans une grande famille". Bien vu Sara !

Nous sommes 15, dont 2 médium "pro" parmi les stagiaires. Moi quasi-débutant, je ne me débrouille pas si mal pour ce que j'ai déjà fait une fois: photo sur défunts... la première photo, je décris justement la maison du défunt avec ses caractéristiques... je n'ai pas de mal à capter quelques messages pour la personne du stage relié à ce défunt. Hélène complète derrière... Bref il se précise que je suis surtout médium auditif (mental plus précisément) mais également avec des flashs visuels. Pour l'instant.. jamais je n'aurai cru un jour faire un truc pareil !
Hélène: "s'il vous plaît la médiumnité c'est simple !"

Nous sommes revenus beaucoup plus longuement sur les Anges de la Kabbale. Par la connaissance de ces 3 Anges, on trouve notamment les planètes associées, et pour qui à déjà fait analyser son thème astrologique on s'y retrouve...
- l'Ange de l'Âme donne des renseignements sur notre Âme, et aussi la façon dont on nous perçoit...le mien est le 43 (Veualiah, roi de lumière, Jupiter en Soleil), il est exact que plusieurs personnes m'ont dit voir de la lumière autour de moi... bref...
- l'Ange physique renseigne sur notre rôle dans cette incarnation et ce qu'on est venu travailler (un peu comme la ligne Noeud Sud- Noeud Nord d'un thème astro).
Mon Ange physique est le 9 (Haziel, Uranus/Uranus). Haziel vient pour pardonner, pour éveiller, pour transmettre des choses en avance, typiquement les enseignements du Verseau, et les enseignement des Anges aussi. Pour l'anecdote, les 2 Anges qui viennent le plus bousculer les choses sont le 9 (Uranus/Uranus) et le 63 (Mercure/Mercure). Tiens c'est bizarre moi je suis en 9 et la personne qui m'a le plus bousculé est en 63...
- l'Ange de l'esprit vient compléter le tableau..
Pour ceux qui veulent un aperçu et un calcul de leurs anges, c'est ici: http://anges.free.fr/genies1.htm

Globalement un bel outil de connaissance, à l'instar de l'astrologie..
Chaque matin nous tirons une carte du tarot des Anges de la Kabbale (Edition Bussière par Kabbaleb), Hélène nous apprend à interpréter le tirage, et complète par un message de nos guides... et c'est ce dernier petit plus qui compte tant.... les messages délivrés sont très justes, en plein dans les trucs qui me bloquent...et c'est dit avec beaucoup d'amour et de positif (ce qui n'est pas toujours le cas chez certains médium qui "détruisent" un peu l'auditeur...).
Example de message pour moi: "pourquoi est-il si dur et exigeant avec lui-même ? la perfection cela n'existe pas... à faire pour toi: te débarrasser de tes inquiétudes, et savoir dire "je suis fier de ce que je fais et de ce que je suis".. il ne s'agit pas juste de le savoir, c'est à faire !"
Fort intéressant, nous étudions les protections. Pour Hélène c'est hyper important, un médium (tout le monde en fait) doit savoir se protéger, il y a beaucoup de jalousie, de méchanceté en ce moment, dit-elle, et on est surtout attaqué la nuit. Ainsi Hélène nous explique la prière qu'elle fait, lors de laquelle elle demande à être protégée jour et nuit (il s'agit d'une invocation à l'Archange St Michel, à St Benoit, et à Padre Pio), chacun est libre d'adapter à sa culture.. elle recommande une fois le matin, une fois le soir, et le matin on remercie pour avoir été protégé la nuit.
Travail avec bougie, encens.... je sens Hélène bien connecté à Marie, Padre Pio, l'abbé Julio, etc...
Le conseil global d'Hélène est de "toujours rester dans des Hautes Energies Spirituelles". Certes... H.E.S. je note cela en bonne place dans ma mémoire, c'est vrai que cela doit éviter bien des embrouilles sur tous les plans...
Depuis quelques semaines, je traîne par moment une petite déprime... cela va beaucoup mieux depuis que je pratique la respiration dans le hara comme conseillé par Thich Nath Hahn (voir article sur ce blog). Un matin du stage je me sens triste à nouveau, ce déploiement du corps émotionnel, je sais pourquoi, je recommence discrètement la respiration dans le hara... Hélène regarde au dessus de moi avec inquiétude, que voit-elle ? Dès le troisième jour ma tristesse a disparu, il faut dire que nous avons beaucoup d'Aides dans la pièce..
Dixit Hèlène: 'il faut être les plus beaux du monde et non la poubelle du monde"... "ce qui est bon rentre dans mon corps, le reste s'en va" "1,2,3, ça disparaît"... si l'on sent une douleur ou un malaise qui nous est inhabituel ou ne nous appartient pas.... Pour Hélène, la pratique bi-quotidienne (à vie) de la prière de protection va créer une égrégore autour de nous, ce qui va nous protéger..
Gérer les liens sentimentaux, savoir couper. Le cas particulier des schizos: pensent être missionnés pour la pureté, après tout d'un coup cela déraille, souvent envahi par le bas astral..

Autre exercice inédit pour moi: dialogue de guide à guide: on se met 2 par 2 et chacun réceptionne le message ou image du guide de l'autre... toujours restitution en groupe pour oser... hasard je me retrouve avec la prof, Hélène: me voilà à décrire une de ses vies antérieures, et sa mission dans cette vie... Hélène confirme la vie antérieure.. je vois que chaque participant reçoit à sa façon: certains voient beaucoup, d'autres entendent, d'autres ont des ressentis dans le corps physique, ou des ressentis vibratoires, des odeurs...

Dixit Hélène: "moi avec les Anges que j'ai (elle parle de ses anges de la Kabbale), la méditation cela n'est pas trop pour moi, pour moi c'est surtout la prière... la méditation je veux bien, mais il faut rester les pieds sur terre"... "pour moi un sourire c'est une prière"... "on peut soigner par un regard"..
"Quand je suis medium j'ouvre mon canal, après je ferme mon robinet et je redeviens Hélène dans mes baskets".
Et ensuite, j'ai droit au messages de mes guides via Hélène... toujours des choses cohérentes et détaillées sur ce que je vais pouvoir faire dans les années qui viennent ! Et je retombe sur ce que m'ont dit d'autres médium, et aussi les défunts de ma famille..... "vous aurez l'impression d'être guidé" m'avait-on dit.... oui ! et comme je suis un peu bouché on me répète la même chose par différents canaux, un peu plus de précisions au fur et à mesure du temps et que j'avance !

Hélène nous présente ensuite un peu de magie blanche: le travail avec les pentacles, pour débloquer des situations: amusant !
Analyse des rêves des participants.. heu... moi j'rêve tout le temps que je conduis une Porsche cabriolet avec une belle blonde à mes côtés, cela veut dire quoi ?? Naaaaan j'rigole.... quoique ?

Un soir j'ai le droit à une consultation privée avec Hélène, 1h30, merci ! Cette fois je souhaite retrouver mon grand père paternel, qui la dernière fois m'avait dit qu'il pouvait m'aider, je veux savoir comment (ben c'est vrai quoi, moi j'suis pragmatique aussi !!). Et aussi dialoguer avec les défunts du côté de ma mère. Hélène est d'une fluidité totale, travaille sur photo sans trop en avoir besoin en fait, tout est hyper-précis: les défunts décrivent leur vie en détail (voiture, maladie, lieu de vie avant que je les connaisse, nature de la mort, etc.).  Le plus intéressant bien-sûr sont les conseils qu'ils me donnent, vu de là haut (c'est bien cela un des grands intérêts de la médiumnité...)... Je demande également conseil pour mes filles (vivantes)...comment me comporter avec certaines personnes... tout est limpide... nous avons le temps cette fois d'aborder des sujets plus spirituels... que font ils là haut ? (c'est bien différent pour chacun, on peut faire un peu ce que l'on veut, mais il faut savoir ce que l'on veut faire).. Me voilà à discuter avec ma grand mère de comparaison de l'approche méditative orientale (dissolution du moi), avec l'approche ésotérique occidentale (réalisation de l'âme)...
Dixit ma grand-mère "ce qui compte c'est l'humilité"... la dernière fois de mon grand-père j'avais eu "ce qui compte ici c'est la générosité"... et aussi être fier de ce que l'on est et fait..... beau programme !

Je me fais remonter les bretelles car je ne demande pas assez d'aide... sur des points bien précis mes 3 ancêtres disent qu'ils vont m'aider...les aides viendront sous forme d'inspiration en moi, ainsi que d'autres évènements... lorsque cela arrivera je ne devrai pas pour autant le prendre comme une obligation mais une proposition de la vie... en fait ils sont ravis qu'on leur demande de l'aide (sans demandes ils ne peuvent pas trop intervenir, juste protéger à la rigueur, et certains défunts se sentent abandonnés car on ne leur demande rien... finalement c'est pareil avec nos Anges gardiens)...
Je sors de cet entretien fort joyeux.....devant tant d'Evidences, depuis 2 ans, la façade de doute commence à se fissurer.... et la foi vraie commence à monter...
Voilà pourquoi pour moi, la rencontre avec un bon médium est quelque chose d'important.... important pour sortir du mental...et avoir des infos sur sa mission d'Âme,  enfin chacun son chemin bien sûr..
J'ai remarqué aussi que les gens qui ont tendance à être négatifs en général obtiennent moins des médiums... cercle vicieux..
Ici j'ai l'impression de toucher la "vraie-spiritualité", reliée à notre histoire....à notre Âme je ne sais pas comment le décrire autrement... pourtant en 25 ans de recherche j'en ai vu du monde.. mais sans doute c'est un ressenti personnel...
Retour en groupe... nous parlons du pardon, de l'accompagnement aux mourants, le tout toujours émaillé d'anecdotes racontées par Hélène ou par les participants..
Le dernier jour, médiumnité sur objets: les participants ont amené de vieux objets de famille... je me rappelle il y a quelques années regarder à la TV, les yeux ébahis, la médium Maud Kristen faire une voyance sur une bague... et me voilà aujourd'hui à sa place... ce n'est pas forcément évident pour moi, jamais fait, sur 15 objets, je sors 3 descriptions significatives, c'est déjà un début... en fait c'est très compliqué car les objets ont souvent été portés par plusieurs personnes...
On enchaîne par les vies antérieures ! Heureusement j'ai une expérience de la chose puisque l'an passé j'ai fait des régressions sous hypnose dans les vies antérieures avec Dominique Glaub, en suivant le protocole de Michaël Newton..(et j'ai même fait l'inter-vie), ensuite j'avais enchaîné sur l'auto-hypnose (encore appelé voyage chamanique)... avec Hélène c'est aussi de l'auto-hypnose, hyper rapide, quelques respirations, on s'imagine dans une clairière, on prend un véhicule et hop..roulez jeunesse !!. la plupart des participants se retrouvent à une époque particulière... vie antérieure ou simple contenu inconscient, peu importe ici.... j'ai le droit à mon petit tour dans la Rome Antique, Monsieur est riche banquier/commerçant, s'il vous plaît, j'assiste à un grand incendie, j'ai une très belle femme (tant qu'à faire !), je perds un enfant, l'un de nous meurt et l'autre le suit dans la mort.... amusant...dis donc je suis vachement romantique en fait !) ... intéressant, Hélène voit tout ce que l'on voit, et complète ce que l'on a vu.. ma voisine de table qui est médium "pro" est très à l'aise aussi et complète en même temps ce que les autres ont vu..... bref pour certains, lire dans l'esprit de l'autre ne semble pas bien sorcier, y compris dans les vies antérieures ou assimilées ! Ma voisine me dit que dès qu'elle regarde quelqu'un elle peut voir des images de ces vies passées... comme Amma...

Exercice de médiumnité sur le corps: la personne se présente devant nous, on essaye de ressentir en nous ce qui ne va pas chez elle... jamais fait cela, au début pas grand chose, au bout de quelques personnes cela vient !
Dixit Hélène: être dans le ressenti souvent permettra d'améliorer vos dons.

Nous finissons le stage de façon un peu folklorique avec une séance que je qualifierais de spiritisme en groupe, selon mon ressenti c'est assez fun, .... je me retrouve à canaliser des êtres de lumière, ce qui m'arrive souvent depuis 2 ans.... plus rigolo, comme Hélène l'avait dit, ce sont beaucoup des entités du show-biz qui se présentent... pourquoi pas... effectivement je reçois des messages de comiques français et de Charlie Chaplin, ainsi que du pianiste hongrois Cziffra ! Petit débordement chez quelques-uns avec des entités non-invités.... c'est pédagogique...

Bref je repars de ce stage avec beaucoup de richesses que je n'avais pas vraiment bien en moi en arrivant. Ma petite voix me dit que ce n'est pas fini, cela ne finit jamais en fait, puisque même quelqu'un comme Amma dit dans son interview par Jan Kounen: "Je ne vois pas tout de Dieu".

Hélène donnera des consultations en Bretagne les 8, 9, 10 septembre 2011.... et stage initiation mediumnité  le 11 septembre: Contacter Madame Bessada à Plouha: 02 96 22 59 60.

Voici le site d'Hélène, je crois que les consultations par téléphone sont aussi possible, en envoyant une photo:
http://www.helenemedium.com/qui/

Livre d'Hélène: à l'écoute des Anges, édition Lanore: http://www.amazon.fr/l%C3%A9coute-anges-voix-dune-m%C3%A9dium/dp/2851575910/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1311519669&sr=8-1

S'il vous plaît, n'allez pas chez Hélène par simple curiosité, pour la tester ou autre, mais seulement animé d'un désir de foi authentique... Hélène donne beaucoup d'elle-même et est très demandée...
Par contre, si vous souhaitez sincèrement avancer dans votre compréhension du sens de la vie... mon conseil serait de rencontrer Hélène, de dialoguer avec les défunts de vos familles, dans un but spirituel, une nouvelle vision du monde se présente alors, non pas imaginaire ou mentale, mais vibratoire et factuelle, ce que l'on appellera dans quelques décennies, à nouveau, "les sciences de l'Âme !".

Je remercie infiniment Hélène, les défunts (terme stupide car ils sont tout à fait vivants) de ma famille et des autres participants, les êtres de Lumière, les participants du stage, et tous ceux qui ont contribué à cette rencontre.

J'espère que cela vous aura plus de me lire, il y aurait tant à dire... mais c'est trop intime...

Je vous embrasse,
Philippe

samedi 16 juillet 2011

Guérir sa douleur: Thich Nhat Hanh - développer le hara pour rester stable dans la tempête émotionnelle..

Le temps du nettoyage émotionnel n'étant point encore terminé (Miele, Whirlpool, Ariel, doivent faire de superbes ventes, non ?!), je mets ici un passage de Thich Nhat Hanh, moine Zen d'origine du vietnam, résident français de surcroît..
C'est un moyen clair qui vaut le coup d'être essayé. Pour ceux qui suivent ce blog, on y retrouve une technique déjà mentionné dans les articles sur Gilles Sinquin et Michaël Brown.... ici c'est très pertinent car on travaille en amont le renforcement du Hara.
Very important pour les mois qui viennent: au côté de votre Coeur grand ouvert, recontacter aussi le Samouraï en nous... manque plus que le Clown et ça va l'faire !
Petit clin d'oeil pour les amis qui vont au Prunier les mois prochains: qui fera une bise à Thich de ma part ??

Bon je perds mon sérieux légendaire, cela ne va plus !! je laisse la place au maître:

"Une émotion forte est comme une tempête. Si vous regardez un arbre dans la tempête, sa cime vous paraît fragile, elle peut casser à tout moment. Les petites branches, les petites feuilles cassent facilement. Elle sont vulnérables. Vous savez peut que la tempête déracine l'arbre. Mais si vous dirigez votre attention sur le tronc de l'arbre en sachant qu'il a des racines profondément enfouies dans le sol, vous avez une impression différente: l'arbre va pouvoir tenir.
Vous aussi êtes un arbre. Pendant la tempête de l'émotion, il ne faut pas rester au niveau du cerveau ou du coeur, c'est à dire de la cime. Il faut abandonner le coeur et l'oeil de la tempête, et revenir au tronc de l'arbre. Votre tronc est à un centimètre au-dessous du nombril. Vous continuez à respirer en faisant uniquement attention au mouvement de votre abdomen. C'est pour survivre à la tempête que vous faites cela, pour survivre à une émotion forte. Mais pour cela, il faut s'entraîner.  
Trois semaines d'entraînement suffisent, à raison d'une dizaine de minutes par jour. 
 Certaines personnes ne savent pas affronter leurs émotions, et elles en souffrent. Elles pensent que la seule manière d'arrêter la souffrance est de se donner la mort. Beaucoup de jeunes gens font cela. Ils n'en peuvent plus, alors ils cherchent à se tuer. Le nombre de jeunes gens qui à notre époque se tuent à cause de leur souffrance est gigantesque. Il faut que nous pratiquions et que nous aidions les jeunes à pratiquer.
Il faut savoir qu'une émotion est quelque chose qui vient, qui reste, puis s'en va. 
Vous êtes beaucoup plus que votre émotion. Une émotion n'est pas tout, c'est seulement une tempête. Une tempête vient, reste un certain temps, puis doit partir. Pourquoi mourir à cause d'une émotion ? Au moment critique, souvenez vous que vous êtes beaucoup plus que votre émotion. C'est une chose simple, que tout le monde sait, mais il faut quelqu'un pour vous le rappeler: vous êtes beaucoup plus qu'une émotion. Pourquoi mourir à cause d'une émotion ? Il faut le dire aux jeunes. Alors, assis ou allongé, pratiquez la respiration consciente en utilisant le mouvement de l'abdomen comme objet de votre attention. Après une dizaine ou une vingtaine de minutes, l'émotion s'en va, vous êtes sauvé. Je suis sûr que si vous pratiquez cet exercice une vingtaine de jours, dix minutes par jour, chaque fois qu'une émotion forte surviendra ensuite, vous saurez pratiquer.
Il ne faut pas attendre que l'émotion survienne pour commencer la pratique, sinon vous oublierez, vous vous laisserez entraîner par la tempête. Il faut vous entraîner maintenant, quand l'émotion n'est pas là."
(Thich Nhat Hanh, Toucher la vie. Harmoniser le corps et l'esprit. Collection J'ai Lu, 4€80)

vendredi 15 juillet 2011

Osho Zen Tarot : playfulness !!


Ce jeu, avec des extraits de paroles d'Osho, m'avait été recommandé par une thérapeute qui m'a impressionné et aidé: Marie Thérèse Fernbach. Un très beau jeu pour aller vers l'ouverture, l'être, la légèreté ! sortir du filet mental..

Quelques cartes:
Le Mat: mourrez sans cesse au passé, afin de rester présent dans l'ici et maintenant, comme un bébé qui vient de naître. Au début ce sera difficile.
La Vacuité: le vide n'est pas seulement un rien inexistant, il est un Tout qui vibre de possibilités infinies.
La Conscience: accablé par les souvenirs du passé et préoccupé par vos projets d'avenir, vous vivez en veilleuse. Cependant, dès que vous commencez à abandonner vos pensées et à évacuer la poussière qui s'est accumulée dans votre passé mental, la flamme devient alors plus grande, pure, claire, vivante et jeune. Votre vie toute entière devient une flamme qui se dresse sans fumée. Voilà ce que signifie conscience.

La Percée: C’est la plus grande aventure de la vie de traverser une dépression consciemment. Votre chaos intérieur est très ancien – vous êtes dans le chaos depuis de nombreuses et de nombreuses vies. Pourtant, sans faire face à ce danger nul n’est jamais devenu intégré, nul n’est jamais devenu un individu, indivisible.
Le Zen ou la méditation est la méthode qui va vous aider à traverser ce chaos, à traverser la nuit noire de l’âme d’une manière équilibrée, disciplinée, vigilante. L’aube n’est pas loin, mais avant de pouvoir l’atteindre, la nuit noire de l’âme doit être traversée. Et comme l’aube approche, la nuit se fait plus noire.

Le Maître: tout le travail de la méditation consiste à vous faire prendre conscience du "mental" et à ne plus vous identifier à ce dernier. En ce moment même, votre maître est presque endormi et c'est votre mental, le serviteur, qui joue le rôle de maître.

La légèreté (playfulness): Dès que vous commencez à voir la vie comme n'étant pas quelque chose de sérieux, tous les fardeaux qui pesaient lourd sur votre coeur disparaissent. La peur de la mort, de la vie et de l'amour s'effacent. La vie que vous menez devient alors très légère, elle ne pèse presque plus rien. Vous pouvez même vous envoler dans le ciel. Le zen propose à l'homme sérieux une alternative. C'est le plus grand cadeau du zen. L'homme austère a construit le monde et institué toutes les religions. Il a créé les philosophies, les cultures et les morales. Tout ce qui existe autour de vous provient de la création de l'homme sérieux. Le zen s'est retiré du monde des gens sérieux. Il a créé un univers à lui, empli de rire et d'enjouement, où les plus grands maîtres se comportent comme des enfants.

La guérison: un homme du tao ne peut pas être touché. Pourquoi ? Simplement parce qu'en lui, plus rien ne peut être heurté. Sans l'intervention du mental, il n'y a pas de blessures. ne vivez pas dans votre tête, acceptez les choses comme elles sont. Soudain, vous éprouverez un flot de vitalité que vous n'avez jamais ressenti auparavant en vous.
La confiance: en faisant confiance, quelque chose d'immense naîtra. Votre vie qui semblait banale jusqu'à présent, débordera ainsi d'énergie divine.

La Source: Zazen signifie rester tout simplement à la source sans aller nulle part. Alors une force énorme surgit.

La fête: votre intellect est votre maladie.
L'isolation: vous pouvez soit vous trouver au sein de l'existence, soit vous centrer dans votre ego.
La culpabilité: l'ici et maintenant s'efface dès que vous commencez à vouloir réaliser quelque chose. Quand le mental calculateur intervient, vous perdez tout contact avec le paradis dans lequel vous vous trouvez.
La douleur: la douleur et les larmes qui s'ensuivent sont pour vous une occasion bénie de prendre conscience. La flèche fait très mal - mais elle est aussi utile. La nature d'une douleur n'est pas de vous rendre malheureux, mais de stimuler l'éveil de votre conscience. Quand votre for intérieur s'éveille, vous arrêtez de souffrir.

jeudi 14 juillet 2011

Qu'est ce que voir Dieu ? - Osho


Paroles d'Osho lors d'une retraite consacrée à la méditation.
Très bien senti pour nous donner confiance que de très belles choses sont en nous et non à chercher à l'extérieur..
Des passages aussi sur la nuit noire de l'âme...

"Dieu n'est pas une personne mais un vécu".
"Lorsque les murs s'écroulent autour de ce que vous preniez pour vous, ce qui apparaît est amour et l'amour c'est Dieu. Voilà pourquoi il est impossible de Le connaître. Mais vous pouvez Le devenir.
"Vous vous tournez constamment vers ce qui est étranger et laissez ce qui est vous à l'abandon".
"Rien de réel ne correspond aux expressions telles que "atteindre le nirvana", "se libérer","parvenir à la béatitude","trouver son âme","devenir atman". Comment atteindre ce que vous n'avez jamais quitté, devenir ce que vous avez toujours été ? ce qui se passe est ceci: l'illusion que vous prenez pour le monde, c'est à dire les concepts que entrenenez au sujet du monde, s'efface comme un rêve et vous vous découvrez centrés en vous-mêmes. Comparer cela à un voyage ou à une quête est très boiteux. Cela ressemble plutôt au dormeur qui rêve de mille et une péripéties et qui, en s'éveillant, se rend brusquement compte qu'il n'a pas quitté son lit." 
L'inconnu dévoile ses secrets non à la pensée mais à l'observation. En effet, lorsqu'aucun interdit ne leur est opposé, les pulsions et les vécus oubliés émergent spontanément dans leur nudité sans fards. C'est un moment de terreur intense. En affrontant sa face cachée, son ombre, la réalité que recouvrait son masque quotidien, l'homme est pris de panique. Il faut un courage peu commun pour traverser cette épreuve majeure. C'est un calvaire, la grande souffrance expiatoire. Celui ou celle qui reste calme et déterminé dans la fournaise devient un maître de la connaissance et voit enfin des merveilles s'épanouir devant lui.
"Sois ta propre lampe, disait Bouddha. Sois ton propre abri. Il n'a d'autre recours que de prendre refuge en soi-même". Je vous dis la même chose.
Le terme "voir" Dieu est trompeur, il présuppose qu'il y a quelque chose à voir. Il n'y a pas de "Dieu". Ce qui existe, c'est le divin qui est une force, un océan illimité d'énergie, de conscience. Cette énergie se manifeste sous des formes innombrables. On peut dire que "Dieu" est la création, une réalité créatrice, la vie.
La force vitale créatrice infinie, illimitée que vous redécouvrez en renonçant à l'égo est "Dieu". L'expérience que vous faites lors de l'extinction du "je" est la véritable vision divine. Et que voit-on alors ? Rien qui évoque une identité quelconque. Il n'y a plus ni moi ni non-moi. L'autre n'existe pas. Ce qui est dans les vagues de la mer, dans les bourgeons ou dans les feuilles mortes est en moi aussi. Nulle part ne subsiste une ligne de démarcation entre moi et l'être cosmique. Je suis en Lui; je suis Lui. Lui seul existe. C'est cela la vrai vision, l'extase mystique. Un éveillé s'est exprimé en ces termes: "Tat Tvam Asi, tu es Cela". Le jour où vous sentirez, où vous vivrez Cela, vous aurez "vu Dieu". Tout le reste est pure imagination."

(Note De la Rédaction : j'en profite ici pour glisser une phrase d'Amma fort similaire:
"Children, the coolness of the breeze, the beams of the moon, the vastness of space and all things of the world - these are all permeated with Divine Consciousness. Knowing and experiencing this Truth is the Goal of human birth")

"Votre condition originelle n'est ni le corps ni le cerveau, elle appartient à une toute autre sphère.
Regardez les objets tant extérieurs qu'intérieurs sans aucun but. Observez, soyez des témoins neutres et détachés. Progressivement, la paix, le vide, l'absence d'idéation s'installeront. Votre conscience s'éveillera. 
La pratique du témoin vous procurera facilement des instantanés de la conscience qui observe. Un jour, l'observateur surgira dans son immense majesté et sa gloire balayera toutes vos misères.
Lorsque vous serez conscient même en dormant, vous saurez que vous avez cheminé loin en vous-même.
Au début, vous devrez faire des efforts, mais bientôt la vérité vous aspirera.
Toutes les difficultés plongent leurs racines dans votre incapacité de comprendre cela: que vos sens et votre mental sont de petites fenêtres sur l'extérieur et que jamais ils ne vous montreront ce qui est intérieur. Pour trouver votre nature divine, vous devez faire volte-face, oublier la surface et plonger.
Aucun pélerinage dans l'espace et dans le temps n'aboutira jamais en vous, au temple de la joie, de la beauté, de l'amour et du mystère vital qui resplendit en tout homme, en toute femme. Tant qu'il ne sera pas rétabli en lui-même, l'être humain peinera en vain, rien ne remédiera à ses souffrances.
Creusez en vous-mêmes, réinstallez-vous enfin en ce lieu ineffable dont la perte vous fait pleurer depuis tant de vies.
Il y a une différence fondamentale entre celui qui a étudié les saintes écritures et celui qui a regagné son centre vide.
Vous venez ici pour m'écouter, alors que tout est depuis toujours au fond de vous. Vous tâtonnez dans tous les sens et pleurez après ce qui ne vous a jamais quitté. Quelle aberration !
Lorsque vous ne faîtes plus rien et que votre esprit est devenu immobile, il émerge une chose que jamais les enseignements religieux ne pourront vous apprendre. Vous verrez, de façon immédiate et directe, ce qui se trouve au coeur de la vie, au centre de toutes les actions. Vous verrez la source, le créateur de tout. Sarahapada a dit "O mental, va et repose-toi en ce lieu que le soleil et la lune ne peuvent atteindre, dans lequel même l'air n'ose entrer." Ce lieu se trouve en vous, vous seul pouvez y pénétrer. C'est atman, l'âme.
L'esprit doit être vide pour percevoir la lumière intérieure. Si vous vous contentez d'observer le mental sans intervenir, sans essayer de l'attraper ou de le soumettre, vous constaterez qu'il a disparu.
L'âme n'est pas un acte de foi. C'est une chose que vous expérimenterez directement lorsque vous quitez la périphérie de votre personnage, lorsque vous traversez le dédale terrifiant de vos ténèvres intérieures et aboutissez au temple secret de votre être, au centre lumineux qui est réellement "vous".
Et n'allez pas rêver que vous êtes éveillés ! Cela arrive aussi, soyez prudent.
Vous êtes l'âme, mais en la cherchant vous ne rencontrerez que le désir. Vous soupirez après ce que vous n'êtes pas et, de ce fait, vous êtes aveugles à ce que vous êtes. 
Creuser en vous-même et l'eau vive jaillira à profusion. La révélation de l'âme est un assouvissement total, un contentement parfait, parce que plus rien ne manque."

(Osho, Méditation, la voie de la perfection, édition du Gange)

Effort ou non effort - Osho le chemin des nuages blancs

On constate souvent au coeur des courants spirituels une tension entre voie progressive et immédiate, entre effort et non effort.. avec le recul on constate qu'il est souvent conseillé au départ de faire un petit effort et de rester à l'écoute de ses ressentis, de rester présent à ce qui est, ensuite une fois le Contact établi, c'est plus le non effort qui l'emporte, car on ne peut pas créer ce que l'on est déjà: le sacré coule au coeur de nous, c'est juste une source obstruée et non pas de l'eau à créer, heureusement ! C'est bien cela la bonne nouvelle et incroyable car on l'a complètement perdu vu que dans notre société on ne parle pas trop de ça..

Ce passage du livre d'Osho "mon chemin, le chemin des nuages blancs", résume bien..

"Il faut un effort. au début, l'effort est obligatoire - vain, mais pourtant obligatoire. Sa futilité, vous la réaliserez petit à petit.
Lorsque vous avez de brefs éclairs d'extase, des lueurs soudaines, et le sentiment que vous ne faisiez aucun effort et que ces brèves visions sont des cadeaux du divin qui se sont déversés sur vous, vous pouvez alors abandonner l'effort. Et dans cet abandon de l'effort, de plus en plus de cadeaux vous viendront.
En commençant, il vous faut être un chercheur. Il vous faudra chercher et faire tous les efforts exigés. Rien qu'en faisant tous les efforts possibles, et en cherchant comme un fou, vous réaliserez que cela n'arrive que si vous ne pensez pas à chercher.
Cela vous arrivera parfois quand vous vous reposez. Parfois cela descendra sur vous pendant le sommeil. Cela viendra parfois en regardant le soleil se lever le matin, en ne faisant rien du tout, rien qu'une attention passive, rien que regarder le soleil qui se lève... ou bien le reflet de la lune, par une nuit froide, dans le miroir d'un lac, ou rien qu'une fleur ouvrant sa corolle - et vous n'êtes qu'attention passive. Ne faisant rien d'autre que regarder... car il ne vous est rien demandé.
Vous découvrirez que l'existence entière est remplie par le divin, que chacune de vos respirations est divine.
Il y a deux sortes de gens. Si je dis à ceux de la première sorte: faites des efforts, ils font des efforts, mais ils refusent l'état de non-effort. Si je dis à ceux de la deuxième sorte: cela ne se produira que dans l'absence d'efforts - ils abandonnent tout effort. Les uns et les autres ont fait fausse route. Les uns et les autres se sont égarés.
Par l'effort, arrivez à l'absence d'effort. Par la recherche, arrivez à un état de non-recherche. Par le mental, arrivez au "no-mind", à l'absence de mental.
Cela arrive à beaucoup de méditants autour de moi. Ils viennent me dire que, pendant qu'ils méditent le matin ou le soir, il ne se passe pas grand-chose. Mais soudain, pendant la nuit, ou soudain dans l'après-midi, ils sont assis et quelque chose commence - alors qu'ils ne faisaient rien du tout.
Le centre ne peut jamais être atteint ni pénétré par l'effort: car aucune action ne peut conduire à vous. Vous y êtes déjà !
 Il n'y a aucun besoin de faire quoi que ce soit. Il vous faut simplement être silencieux, spontané et alors le silence apparaît. il sort des nuages. Il y a une cassure, une discontinuité. Vous prenez soudain conscience de votre vigilance spontanée. vous êtes la vigilance. ce n'est pas quelque chose que vous faites, ce n'est pas quelque chose qu'il faut faire - votre nature même est vigilance.
Les hindous l'ont appelé satchitananda: éternel, conscience, béatitude.
Cet état conscient, on ne peut vous l'enlever. Mais il se trouve au centre même de votre être - pas à la périphérie. Il est vous, mais vous n'êtes pas en contact avec vous même."

(Osho Rajneesh, Mon chemin, le chemin des nuages blancs, Les éditions du Gange. Livre épuisé disponible d'occasion sur amazon.fr)

mercredi 13 juillet 2011

Zen, le chemin des paradoxes - Osho - Relaxe !

Des extraits que je traduis du livre d'Osho "Zen, the path of paradox"..
Les sujets abordés ici sont assez importants (si l'on peut dire car ce sont des non-sujets, voilà que le paradoxe commence !).
Osho aborde ici l'art de vivre conseillé pour être heureux (et naturellement laisser l'éveil être en nous)... il s'agit ici simplement, une fois de plus, d'accueillir ce qui est, et d'arrêter un peu de chercher, car dès qu'on le cherche, Cela nous échappe, et pourtant Cela est toujours là... Osho aborde également ce point dans des ouvrages sur le taoisme, le tantra, le yoga, etc... nous aurons l'occasion sur ce blog de revenir sur ce point..
Nous avons déjà vu cette approche dans des articles consacrés ici à Eric Baret.. ,Yolande.., le dzogchen, etc. 
L'approche médiane adoptée ici, entre orient et occident, entre conscience et corps, semble très pertinente.
En entrant simplement en contact avec ce qui est là, laissant de côté les désirs, ne cherchant plus à arriver par nous-même, un espace vacant se créé, permettant au Tout-Autre d'entrer en nous... c'est alors qu'une Quiétude inhabituelle nous surprend... et que la vie prend une autre saveur... la méditation, les pratiques énergétiques, deviennent alors plus une expression qu'un moyen pour une fin particulière... il n'y pas lieu ici de réaliser quoique ce soit, et pourtant les choses arrivent alors..
Bon, ok,  je laisse parler le maître !!


"A partir du moment où vous réalisez que vous ne pouvez pas le posséder (NDR: l'éveil), et que vous laissez tomber votre besoin de posséder, il est là - et vous l'avez. Du moment que vous comprenez que l'amour ne peut pas être possédé, une grande compréhension a eu lieu en vous et maintenant vous l'avez et vous l'aurez pour toujours. Vous ne pouvez pas l'épuiser. C'est cela le paradoxe du Zen. Il dit que si vous voulez posséder Dieu, s'il vous plaît ne le possédez pas, et vous le posséderez."
"Dieu était toujours disponible. Dieu est disponible sans condition. Lorsque vous essayer de le connaître, vous ne pouvez pas le voir. Vous ne pouvez pas l'attraper, mais vous ne pouvez pas le perdre"

"Ainsi, l'effort même de le voir, le désir même de le voir, devient une barrière. Ne cherchez pas Dieu. Ne cherchez pas la vérité. Plutôt, créez la situation de rester ouvert, non focalisé, et Dieu vient à vous, il vient à vous. Il est là.
Pour Dieu vous devez être complètement ouvert, non concentré, ouvert de tous les côtés, pas en recherche. Une conscience non focalisée c'est cela la méditation.
Si vous êtes relâché, il est là, si vous vous tendez il disparaît.
Ce qui est partout ne peut pas être recherché, comme le ciel.
Lorsque vous tombez en rapport avec l'existence, lorsque vous n'êtes plus un chercheur séparé, lorsque vous n'êtes plus un observateur séparé, lorsque vous êtes perdu dedans, complètement perdu, alors c'est là.
Le zen apporte quelque chose de saint dans le monde, il laisse de côté toute idéologie. Il dit "soyez ouvert, sans pré-suppositions". Si vous avez une idée, il y est possible que la trouviez dans la réalité car l'esprit est très, très créatif. Le zen est très terre à terre. Désencombrez vous. Ce désencombrement est le zen.
Un grand maître zen, Bokoju, disait: "comme c'est merveilleux ! comme c'est mystérieux ! Je porte de l'eau du puis" C'est l'esprit du zen. Il laisse tomber la division entre le profane et le sacré. Il n'y a pas de théologie.
Vous devenez tranquille et vous trouvez votre centre. Et ce centre c'est le centre de l'existence aussi.
Lorsque je regarde les différentes approches, le zen me semble la seule possibilité, car il relie le corps et l'esprit, le mondain et le sacré, Lao Tzu et Bouddha.  Lao Tzu est terrestre, Buddha est céleste, manque de racines.. L'orient est sans compromis..
Le futur de l'humanité se rapprochera de plus en plus du zen, car la rencontre de l'orient et de l'occident n'est possible que par quelque chose comme le zen."

"Dieu ne peut pas être perdu, relaxe !
Dieu n'est pas quelque chose dans le temps, relaxe !
Il n'y a nul part où aller car Dieu n'est pas distant sur une étoile, relaxe !"
Vous ne pouvez pas rater la nature même des choses, relaxe !"
"Si vous vous relaxez, vous commencez à vibrer avec cela, c'est ce que le zen appelle le Satori. Un  relâchement de votre Être, un état de conscience où il n'y a plus de devenir, où vous n'êtes plus quelqu'un qui doit réussir, où vous n'allez nul part. Quelque chose se passe qui n'avait jamais été ressenti avant. Cette chose s'appelle satori, samadhi, éveil.."
"Cela peut se passer dans n'importe quelle situation quand vous tombez en accord avec le tout".

(ZEN, the path of Paradox, Osho, Editeur: St Martin's Griffin, 2001. First published in the US under the title Osho on Zen by Renaissance Books. Extraits du premier chapitre "Empty Sky")

mardi 12 juillet 2011

Formation professionnelle en Harmonisation Energétique - Ecole de Marie Lise Labonté - Nouvelles dates

Abbaye de Rhuys, Bretagne Sud
Voiçi les nouvelles dates pour la formation en Harmonisation Energétique, par l'école Anschma de Marie Lise Labonté..

- Séminaire de 3 jours d'introduction: pour ceux qui ont raté le séminaire de juin (comme moi !), il y a un autre séminaire sur Paris, du 30 septembre au 2 octobre,

- Formation Harmonisation Energétique Niveau 1: en Bretagne, abbaye de Rhuys, du 20 au 27 nov 2011

(-Formation Niveau 2 en Janvier 2012)
http://www.anschma-international.net/spip.php?page=article&id_article=66

A noter que suivre la formation Niveau 1, c'est s'engager moralement à exercer (c'est à dire que normalement ce n'est pas juste pour notre curiosité mais c'est pour exercer en temps que thérapeute... naturellement cela peut n'être que quelques heures par mois, en fonction de la demande)).

Je vous dis à bientôt pour ceux qui suivront ce cursus !
Le choix d'une formation, d'une technique ne peut se faire que selon son ressenti personnel, exercez votre libre-arbitre !

"En 1996, Marie Lise Labonté et Nataraj-Robert Ethier créent l’école Anschma. Cette école offre des formations professionnelles en « Harmonisation Énergétique » et en « Intégration Mémorielle » au Québec et en Europe. L’approche y est humanitaire et vise l’éveil de la conscience pour une plus grande autonomie, à la fois émotionnelle, psychique et spirituelle.
L’école forme des intervenants qui sont amenés, par une recherche personnelle et une introspection, à développer une meilleure réceptivité à la transmission de l’énergie de compassion et de service à l’autre. Ainsi, au delà de l’apprentissage de lecture et d’intervention sur la structure énergétique de l’être, de l’intégration et la guérison des mémoires, les intervenants vivent en eux l’expérience de la non-séparation entre le corps, l’esprit, la psyché, le visible, l’invisible et l’âme."

Voir également un article précédant sur le blog:  http://advaita22.blogspot.com/2011/05/initiation-la-guerison-angelique-et.html

dimanche 10 juillet 2011

Paroles de Ma Ananda Moyi (5)



"La durée de vie de votre femme, de votre fils ou  de votre fille n'est pas déterminée par vous. Or tant que vous dépendrez des circonstances de la vie, vous connaîtrez des chagrins".
"Si vous voulez que resplendisse CELA que vous êtes en réalité, cessez de penser que Dieu est loin de vous".
"Certaines gens déclarent: "Notre Père qui êtes aux cieux, restez-y ! moi je jouis de la vie"... comme si ce plaisir pouvait durer ! Quelle fadaise que de croire que Dieu est très loin."
"Les gouttes d'eau qui tombent finissent par éroder même une pierre; de même une pratique religieuse soutenue finira par déchirer le voile de l'ignorance".

"Dieu est mon propre Moi; le souffle de ma vie. Il n'est pas loin mais tout proche". Accrochez vous à lui avec ténacité.
"Faites le vide en vous. Vous serez comblés dans la mesure où vous vous effacerez"

"Vos cheveux ont blanchi, votre corps jeune autrefois a vieilli et ne durera pas toujours. Il n'est pas le Moi réel. L'homme doit donc découvrir qui il est en réalité". Chacun doit découvrir l'Atman, qui se cache en lui."
"Quelle somme de travail à des fins humaines ne faîtes vous pas, que de mal ne vous donnez vous pas ! Et pourtant vous ne vous inquiétez guère d'avoir oublié votre vraie nature, qui est l'Atman, et d'avoir oublié que vous êtes vous même la Paix !"
"Il faut toujours faire preuve d'un esprit fort et viril. C'est vous et vous seul qui modelez votre vie, ne l'oubliez pas"
"Dans un acharnement sans faille, empli d'une patience si importante dans une ascèse, vous devez aller de l'avant joyeusement à la quête de Dieu, sans rien laisser vous ralentir. Celui qui réside dans le coeur doit se révéler au-dedans et au-dehors"
"Aussi bien dans le train-train quotidien que dans le domaine spirituel, ce qui compte le plus, c'est la patience".
"Nous sommes tous uns"
"Dans ce monde, il n'y a rien, et pourtant tout individu poursuit plus ou moins ce rien."
"Dans la Réalité, il ne se passe jamais rien ! C'est une grande chance de pouvoir le comprendre; si vous vous en rendez compte, béni êtes-vous car la vision intérieure vous est accordée."

(Extrait de l'Enseignement de Ma Ananda Moyi, Spiritualité Vivante volume 209, Albin Michel)

Les articles précédants des paroles de Ma:
 http://advaita22.blogspot.com/2011/05/paroles-de-ma-ananada-moyi-1.html
http://advaita22.blogspot.com/2011/05/paroles-de-ma-ananda-moyi-2.html 
http://advaita22.blogspot.com/2011/06/paroles-de-ma-ananda-moyi-3.html 
http://advaita22.blogspot.com/2011/06/paroles-de-ma-ananda-moyi-4.html 

lundi 4 juillet 2011

Coup de coeur 2011 : Le Silence guérit - Yolande...



Gros coup de coeur 2011... je viens de terminer ce petit livre écrit à deux voix,
par Yolande Duran-Serrano et Laurence Vidal..
"Le silence guérit", édition Almora.

J'ai déjà parlé de l'histoire de Yolande sur le blog, ici:  http://advaita22.blogspot.com/2011/06/temoignage-deveil-de-yolande-simple.html
Dans ce livre, Yolande, qui, en dehors de toute démarche spirituelle, a vécu un éveil soudain au Silence, Paix, etc... est interrogée par son amie Laurence, elle même chercheuse spirituelle qui n'arrive pas..
Le livre, fort bien écrit par Laurence, visiblement autant littéraire que spirituelle, est porteur d'un message d'espoir, de force et de simplicité, de tendresse aussi... on y voit apparaître, dans les mots de Yolande, le même vécu que ceux des sages de l'Inde...
Nous sommes cette Chose mystérieuse qui englobe tout, qui est avant la personne... ce basculement qui fait que l'arrière plan passe à l'avant plan (lorsque cette Chose se présente, notre quiétude, notre liberté devienent tellement fortes qu'elles prennent le premier plan, et nos soucis, notre conditionnement personnel sont ramenés en arrière plan, non pas détruits mais en arrière plan, éclairé par la Lumière que nous sommes)..
Au fil des pages, on voit que Laurence, elle aussi, est saisie par se Silence mystérieux qui comble nos manques... accompagnée dans cette découverte, ce ravissement, par Yolande....
Présence sacrée et contagieuse...
Laurence nous partage sa joie, et ses souffrances, comment elle perd ce Silence magique, retombe dans sa restriction, sa souffrance, pour Le retrouver ensuite..
Ben oui c'est comme cela Cela... et puis il faut un peu de temps pour y croire, pour s'y habituer... c'est tellement grand, Grand et nouveau... perturbant aussi... se rendre compte que l'on est Conscience qui contient le manifesté ce n'est pas anodin...

On voit ici comment, de plus en plus, nous allons nous réveiller à qui nous sommes.. comme une fleur qui s'ouvre... et cela ne se passe plus seulement chez Ramana Marharshi à Arunachala, ou chez Nisargadatta à Bombay,  mais au bord du lac Léman... des personnes que l'on peut rencontrer...

Alors je ne copierai pas d'extraits du livre cette fois... le mieux est de vous faire ce Cadeau...
Et aussi de vous laisser pénétrer par Cela... Libération que l'on ne peut fabriquer et qui vient d'un autre Plan...et à laquelle il faut savoir faire confiance !

Avec Amour,
Philippe