lundi 30 janvier 2012

Le lâcher prise affectif - Monique Mathieu



Voilà un message qui avait été canalisé par Monique Mathieu. On peut le relire des centaines de fois je crois..
Il s'agit certes là d'un niveau initiatique assez avancé (un peu stratosphérique) par rapport au niveau sur notre planète...et faut surtout pas se culpabiliser de ne pas en être là, juste faire de son mieux pour avancer dans cette direction, tranquillement mais sûrement ! Attention toutefois à ne pas confondre avec le masque de la structure rigide qui peut donner à penser qu'on est au delà de tout ça, alors qu'en fait on est juste dissocié de ces émotions, c'est pas pareil..
Allez courage, on va y arriver un jour !! Cela vaut le coup tout ça car cela provoque un changement énergétique important..
« Nous allons vous parler du lâcher-prise affectif.
Il est bien évident que pour ceux qui ont choisi un chemin spirituel, un chemin d'ouverture de conscience, le lâcher-prise matériel se fera plus facilement que le lâcher-prise affectif.
Que veut dire « lâcher-prise affectif « ? Nous allons vous demander : comment aimez-vous ? Vous ne vous posez jamais la question : de quelle façon est-ce que j'aime telle ou telle personne ? Vous seriez parfois très surpris de la réponse!
Une très grande partie des hommes aiment d'abord pour eux-mêmes, pour être sécurisés, pour être réconfortés. L'Amour que l'autre prodigue, c'est l'Amour qu'ils ne peuvent pas se donner eux-mêmes, ils cherchent donc dans l'autre ce qu'ils ne sont pas capables de se donner.
Le lâcher-prise au niveau de l'affectif se fait d'une façon graduelle. Il ne pourra se faire que lorsque vous aurez intégré davantage la paix intérieure, la joie et la confiance ; il ne pourra se faire que lorsque vous aurez compris que dans une relation, c'est l'Amour pour l'autre qui prime et non l'Amour que vous attendez de lui. Vous devez apprendre à aimer l'autre, qu'il soit un ami, un parent, un enfant, un compagnon ou une compagne .
Apprenez à aimer l'autre pour lui et non pour vous ! Cet Amour est réellement de l'Amour inconditionnel, cet Amour-là ne fait pas souffrir car vous ne demandez que son bonheur. Peu importe par où ce bonheur doit passer ! Si ce bonheur passe par votre propre souffrance c'est que vous ne savez pas encore l'aimer.
Nous voyons votre mode de fonctionnement sur cette planète de troisième dimension, et nous comprenons que votre plus gros handicap est d'apprendre à bien aimer, d'apprendre à vous aimer, d'apprendre à aimer les autres.
Le lâcher-prise est ensuite très facile car il se fait dans une confiance totale, dans la certitude que l'être aimé vous aime totalement, réellement, et d'une façon pure, donc que l'être aimé ne vous apportera jamais de tourments puisque rien ni personne ne pourra vous déstabiliser au niveau affectif. D'ailleurs le mot « affectif » ne convient plus pour nommer cet Amour. L'affectif disparaît pour laisser place à l'Amour Inconditionnel, à l'Amour qui vous libère.
L'amour affectif vous emprisonne, l'Amour inconditionnel vous libère ; il vous libère tout d'abord de vous-même et il vous libère aussi de l'autre. Lorsque nous vous disons qu'il vous libère, nous voulons dire que vous n'êtes plus prisonnier de cet Amour, que vous pouvez aimer en toute liberté sans avoir peur de souffrir.
L'Amour Inconditionnel est un très long apprentissage, et il ne pourra s'acquérir que pas à pas, au fur et à mesure que vous comprendrez ce que vous êtes et comment vous fonctionnez, lorsque vous accepterez de lâcher prise à chaque moment de votre existence en ayant un seul but : le bonheur de l'autre, le bonheur des autres. Votre bonheur fait de félicité, de paix et de joie passera automatiquement par le bonheur des autres
Beaucoup d'entre vous ont déjà bien travaillé l'Amour inconditionnel au travers de plusieurs souffrances et aussi de certains renoncements, mais le chemin que vous poursuivez est celui que vous avez choisi. Même si parfois il vous paraît un peu difficile, sachez que c'est le plus beau chemin qu'un être humain puisse suivre.
Engrangez le plus possible l'Energie de l'Amour vrai qui n'est pas l'illusion de l'Amour. Apprenez d'abord à connaître l'Amour et non l'Amour illusoire.
L‘ Amour vrai pardonne tout, l'Amour vrai ne juge jamais, l' Amour vrai ne peut voir que le bonheur de l'autre ou des autres ; il donne toujours et ne prend pas, il rayonne.
Avec un peu de courage, un peu de patience, avec aussi beaucoup de confiance et de foi, vous arriverez petit à petit à intégrer la conscience de l'Amour vrai. Vous êtes très près de l'atteindre, il manque encore un petit peu de travail, un petit peu de nettoyage, un petit peu d'acceptation et de tolérance et surtout encore beaucoup plus d'Amour pour vous-même.
Au cours de toutes les années où nous vous avons enseignés, ce qui nous a procuré une immense joie, notre seul but a été de vous éveiller à l'Amour Inconditionnel, à l'Amour vrai, à cette puissance inimaginable qu'est réellement l'Amour. Cependant avant que vous puissiez en comprendre la valeur, la puissance, il fallait que vous puissiez aussi vous transformer, vous ouvrir chaque jour davantage à une nouvelle conscience, à une nouvelle façon de vous apprécier vous-même et d'apprécier la vie, vous ouvrir à une nouvelle connaissance. Au travers de toutes les expérimentations que vous avez vécues jusqu'à ce jour et que vous vivrez encore, vous apprendrez toujours davantage ce que veut dire le mot aimer, ce que veut dire le mot Amour.
Rendez grâce pour l'Amour qui est dans votre cœur, rendez grâce pour l'Amour qui se trouve en ceux que vous rencontrez, rendez grâce pour la Lumière que vous voyez dans les yeux de ceux qui vous entourent, rendez grâce pour la beauté et la paix qui s'installent en vous ».
Message reçu par Monique Mathieu

dimanche 29 janvier 2012

Message cannalisé d'Hermès


Et un ptit message reçu aujourd'hui en channeling, pour varier un peu le blog !
Non, les nanas, ce n'est pas un sac en cuir, ah la la alors, toutes les mêmes !!
Hermès était le messager des dieux et savait toujours comment sortir des situations les plus difficiles. La mythologie raconte qu’il portait des sandales ailées qu’il avait lui-même tissées avec des branches de myrte. Elles le rendaient aussi léger que l’air et le transportaient au dessus des vagues et de la terre.

"Je suis Hermès, un des rois des Cieux, place que vous rejoindrez aussi un jour.
Courage Artisans de la Lumière ! vous êtes à l'Aube d'une Ère Nouvelle, ne fléchissez point dans vos missions.
Rejoignez vous par couple ou par groupe d'amis, pour vous enrichir et vous soutenir.
Reconnaissez ceux de vos familles d'Âme; ce n'est quand même pas bien difficile, avec qui avez vous envie d'être au fond de vous, qui avez vous envie de défendre bec et ongles, pour qui vous vous souciez, et à qui vous ne voudriez surtout pas qu'on face du mal, même si cette personne vous a blessé ?
Vous êtes descendu en groupe d'Âme, c'est en son sein que vous serez aidé pour oeuvrer de plus en plus.
Soyez à la fois autonomes et unis.
Priez, priez, priez nous, cela va renforcer votre Âme. Quand vous vous sentez mal, priez nous à chaque seconde, vous nous sentirez près de vous, et cela vous apprendra le contrôle mental.
Faites bien attention à chacun de vos actes, qu'ils proviennent de la Sagesse du Coeur.
Vos actes viennent ils de votre ego ou de votre coeur ?
Soyez un exemple pour vous même et pour les autres.
Profiter de vos incarnations pour réparer vos fautes.
Avez vous trahis quelqu'un, pourrez vous vous présenter là haut devant lui sans trouble ?
Sinon réparez, réparez, réparez, cela fera gagner du temps à tous.
Soyez assuré que vous verrez le résultat de tous vos efforts,
Et serez tout étonné de qui vous êtes tous,
Et que tout ceci est bien réel..
Restez légers
Nous sommes avec vous,
Hermès et La Hiérarchie de Lumière."

Hermès, les Dômes Célestes, silk scarf, $375

samedi 28 janvier 2012

La belle histoire de la comtesse Paula..

Coucou !
J'ai adoré cette histoire de la Comtesse Paula, aussi je me fais un plaisir de vous la raconter ici.
Elle a été relaté dans son dernier livre par Allan Kardec, livre qui vient de sortir en 1865 ! (tout simplement magistral comme les autres) "Le Ciel et L'Enfer" et c'est tiré du chapitre Esprits Heureux.. (commander l'édition en 1 volume chez Vermet, sinon c'est même gratis sur Google books: http://books.google.fr/books?id=F3Eq23NgvV4C&pg=PA64&lpg=PA64&dq=comtesse+paula&source=bl&ots=MCFcH6-N2g&sig=mo88wEwTV8X2QQvsOLApsY-kN08&hl=fr&sa=X&ei=-k8kT-7GDomO8gOHmLjLBw&ved=0CCMQ6AEwAA#v=onepage&q=comtesse%20paula&f=false%29
Pour tous ceux qui veulent comprendre quelque chose, je ne peux que conseiller de lire les livres d'Allan Kardec ainsi que ceux de Michael Newton... cela vous donnera des éléments de vraie spiritualité et non pas des trucs farfelus inventés par les humains et que tout le monde répète comme des perroquets...par exemple dans le neo-advaita, qu'on est juste conscience et blablabla... (je ne rejette pas l'approche très précieuse qui consiste à trouver la sérénité en se déstickant des pensées mais simplement tout le discours autour, et le fait qu'on en fait l'absolu, un idéal) tout ceci est dogmatique et réducteur.. on est avant tout une âme... le passage sur terre est épisodique et avec une mission d'âme bien particulière, pour certains expiatoire, pour d'autres à thème de test sur un sujet donné, pour d'autres encore, plus orienté vers une mission (souvent à plusieurs...), parfois un peu tout mélangé, bref, et au moment de la mort on rejoint son plan d'âme et ceux qui y résident, c'est comme une échelle de Jacob (et on peut visiter ceux qui sont en dessous et aussi ceux qui sont incarnés)... voilà ça c'est la base et de connaître tout cela permet de mieux choisir ce que l'on doit faire à chaque instant et comment il vaut mieux se comporter avec son prochain et de mieux passer les tests et de patienter pendant les galères... et quand vous avez la chance d'être médium ou de connaître de bons médiums vous pouvez vérifier que c'est bien vrai avec des personnes décédées de votre propre famille... alors là vous commencez juste à voir la vie tout différemment... alors la future spiritualité, ce sera basé sur ce savoir, et avant c'était comme ça dans toutes les vraies traditions car il y avait des médiums dans tous les villages en contact avec les Anciens... ensuite la vérité a été masquée pour différentes raisons et les médiums ont été poursuivis... maintenant c'est fini on va faire le retour vers la vraie spiritualité, c'est une sacré libération ! surtout quand vous le vivez vous même, wouha !
Bref je vous narre l'histoire de cette belle comtesse.. (je précise qu'elle était une Âme élevée)
"C'était une femme jeune, belle, riche, d'une illustre naissance selon le monde, et en outre, un modèle accompli de toutes les qualités du coeur et de l'Esprit (Il vous en reste pas une en stock ?? moi j'vous joue le rôle du comte rentier sans aucun soucis j'vous l'jure, je serai hyper sage !!! En plus peut être même bien qu'elle avait le look "Alerte-à-Malibu-de-l'époque" (private joke pour les assidus de mon blog !)..."Alerte-à-Biarritz-quoi", bon c'est vrai cela fait moins rêver..). Elle est morte à 36 ans (Aie, ça se gatte pour le comte) en 1851. C'était une de ces personnes dont l'oraison funèbre se résume en ces mots, dans toutes les bouches: "pourquoi Dieu retire-t-il si tôt de telles gens de dessus la terre ?" Heureux ceux qui font ainsi bénir leur mémoire ! Elle était bonne, douce et indulgente pour tout le monde (punaise c le rêve cette nana ! bon j'arrête mes commentaires stupides promis !!); toujours prête à excuser ou atténuer le mal, au lieu de l'envenimer; jamais la médisance ne souilla ses lèvres. Sans morgue ni fierté, elle traitait ses inférieurs avec une bienveillance qui n'avait rien de la basse familiarité, et sans affecter envers eux des airs de hauteur ou d'une protection humiliante. Comprenant que les gens qui vivent de leur travail ne sont pas des rentiers, et qu'ils ont besoin de l'argent qui leur est dû, soit pour leur état, soit pour vivre, jamais elle ne fit attendre un salaire; la pensée que quelqu'un eût pu souffrir d'un défaut de paiement par sa faute, lui eut été un remord de conscience. Elle n'était pas de ces gens qui trouvent toujours de l'argent pour satisfaire leurs fantaisies et n'en ont jamais pour payer ce qu'ils doivent; elle ne comprenait pas qu'il pût être de bon goût pour un riche d'avoir des dettes, et se serait trouvée humiliée qu'on pût dire que ses fournisseurs étaient obligés de lui faire des avances. Aussi, à sa mort, n'y eut-il que des regrets et pas une réclamation. 
Sa bienfaisance était inépuisable, mais ce n'était pas cette bienfaisance officielle qui s'étale au grand jour; c'était chez elle la charité du coeur et non celle de l'ostentation. Dieu seul sait les larmes qu'elle a séchées et les désespoirs qu'elle a calmés, car ces bonnes actions n'avaient pour témoins que lui et les malheureux qu'elle assistait. Elle savait surtout découvrir ces infortunes cachées, qui sont les plus poignantes, et qu'elle secourait avec la délicatesse qui relève le moral au lieu de l'abaisser.
Son rang et les hautes fonctions de son mari l'obligeaient à une tenue de maison à laquelle elle ne pouvait déroger; mais, tout en satisfaisant aux exigences de sa position sans lésinerie, elle y apportait un ordre qui, en évitant les gaspillages ruineux et les dépenses superflues, lui permettait d'y suffire avec la moitié de ce qu'il en eût coûté à d'autres sans faire mieux.
Elle pouvait ainsi faire sur sa fortune, une plus large part aux nécessiteux. Elle en avait distrait un capital important dont le revenu était exclusivement affecté à cette destination sacrée pour elle, et le considérait comme ayant cela de moins à dépenser pour sa maison. Elle trouvait ainsi le moyen de concilier ses devoirs envers la société et envers le malheur.
Evoquée, 12 ans après sa mort, par un de ses parents initiés au Spiritisme, elle a donné la communication suivante en réponse à diverses questions qui lui étaient adressées:
" Vous avez raison, mon ami , de penser que je suis heureuse; je le suis, en effet, au-delà de tout ce qu'on peut exprimer, et pourtant je suis encore loin du dernier échelon. J'étais cependant parmi les heureux de la terre car je ne me rappelle pas avoir éprouvé de chagrin réel. Jeunesse, santé, fortune, hommages, j'avais tout ce qui constitue la félicité parmi vous; mais qu'est ce que ce bonheur auprès de celui que l'on goûte ici ? Que sont vos fêtes les plus splendides, où s'étalent les plus riches parures, auprès de ces assemblées d'Esprits resplendissant d'un éclat que votre vue ne pourrait supporter, et qui est l'apanage de la pureté ? Que sont vos palais et vos salons dorés auprès des demeures aériennes, des vastes champs de l'espace, diaprès de couleurs qui feraient pâlir l'arc-en-ciel ? Que sont vos promenades à pas comptés dans vos parcs, auprès des courses à travers l'immensité, plus rapides que l'éclair ? Que sont vos horizons bornés et nuageux auprès du spectacle grandiose des mondes se mouvant dans l'univers sans bornes sous la puissante main du Très-Haut ? Que vos concerts les plus mélodieux sont tristes et criards auprès de cette suave harmonie qui fait vibrer les fluides de l'éther et toutes les fibres de l'âme ? Que vos plus grandes joies sont tristes et insipides auprès de l'ineffable sensation de bonheur qui pénètre incessamment tout notre être comme une effluve bienfaisante, sans mélange d'aucune inquiétude, d'aucune appréhension, d'aucune souffrance ? Ici tout respire l'amour, la confiance, la sincérité; partout des coeurs aimants, partout des amis, nulle part des envieux et des jaloux. Tel est le monde où je suis, mon ami, et où vous arriverez infailliblement en suivant la voie droite.
Cependant on se lasserait bien tôt d'un bonheur uniforme; ne croyez pas que le nôtre soit exempt de péripéties; ce n'est ni un concert perpétuel, ni une fête sans fin, ni une béate contemplation pendant l'éternité; non, c'est le mouvement, la vie, l'activité. Les occupations, quoique exemptes de fatigues, y apportent une incessante variété d'aspects et d'émotions par les mille incidents dont elles sont parsemées. Chacun a sa mission à remplir, ses protégés à assister, des amis de la terre à visiter, des rouages de la nature à diriger, des âmes souffrantes à consoler; on va, on vient, non d'une rue à l'autre, mais d'un monde à l'autre; on s'assemble, on se sépare pour se rejoindre ensuite; on se réunit sur un point, on se communique ce que l'on a fait, on se félicite des succès obtenus; on se concerte, on s'assiste réciproquement dans les cas difficiles; enfin je vous assure que nul n'a le temps de s'ennuyer une seconde (elle est pas belle la vie ?!)
En ce moment, la terre est notre grand sujet de préoccupation. Que de mouvement parmi les Esprits ! quelles nombreuses cohortes y affluent pour concourir à sa transformation ! On dirait une nuée de travailleurs occupés à défricher une forêt, sous la conduite de chefs expérimentés; les uns abattent les vieux arbres avec la cognée, arrachent les profondes racines; les autres déblayant, ceux-ci labourant et ensemençant, ceux-là édifiant la nouvelle cité sur les ruines vermoulues du vieux monde. Pendant ce temps, les chefs s'assemblent, tiennent conseil et envoient des messagers donner des ordres dans toutes les directions. La terre doit être régénérée dans un temps donné; il faut que les desseins de la Providence s'accomplissent; c'est pourquoi chacun est à l'oeuvre. Ne croyez pas que je sois simple spectatrice de ce grand travail; j'aurais honte de rester inactive quand tout le monde s'occupe; une importante mission m'est confiée, et je m'efforce de la remplir de mon mieux.
(Attention on arrive au plus intéressant pour nous): Ce n'est pas sans luttes que je suis arrivée au rang que j'occupe dans la vie spirituelle (c'est à dire son rang d'âme); croyez bien que ma dernière existence, quelque méritante qu'elle vous paraisse, n'eût pas suffi pour cela. Pendant plusieurs existences, j'ai passé par les épreuves du travail et de la misère que j'avais volontairement choisies pour fortifier et épurer mon âme; j'ai eu le bonheur d'en sortir victorieuse, mais il en restait une à subir, la plus périlleuse de toutes: celle de la fortune et du bien-être matériel, d'un bien-être sans mélange d'amertume: là était le danger. avant de la tenter, j'ai voulu me sentir assez forte pour ne pas succomber. Dieu m'a tenu compte de mes bonnes intentions et m'a fait la grâce de me soutenir. Beaucoup d'autres Esprits, séduits par les apparences, se hâtent de la choisir; trop faibles,  hélas ! pour affronter le péril, les séductions triomphent de leur inexpérience.
Travailleurs, j'ai été dans vos rangs; moi, la noble dame, comme vous j'ai gagné mon pain à la sueur de mon front; j'ai enduré des privations, j'ai souffert des intempéries, et c'est ce qui a développé les forces viriles de mon âme; sans cela j'aurais probablement échoué dans ma dernière épreuve, ce qui m'eût rejeté bien loin en arrière. Comme moi vous aurez aussi à votre tour l'épreuve de la fortune, mais vous ne vous hâtez pas de la demander trop tôt; et vous qui êtes riches, ayez toujours présent à la pensée que la vraie fortune, la fortune impérissable, n'est pas sur la terre, et comprenez à quel prix vous pouvez mériter les bienfaits du Tout-Puissant".
Sur cette belle histoire, qui je l'espère vous aura inspiré à réfléchir qu'elle pourrait bien être votre mission d'âme dans cette présente vie et les tests que vous passez depuis quelques années...je vous laisse, je vais pianoter sur mon Bechstein, il n'est pas de 1851, mais de 1881, tout comme et encore en pleine forme !

vendredi 27 janvier 2012

les 4 soldats qui empêchent l'éveil - for english readers) - Lori Ann

Dans cet article Lori Ann raconte comment, comme "par hasard", elle a renoncé à quelques attentes au cours des mois qui ont précédé son éveil. C'est très bien écrit !
La partie "Relationship Soldier" m'a bien fait rire !
So true !
The Ambition Soldier: As an overachieving first born A-student, I expected my life to be all about success. I measured this by how well my creativity was received in the world, particularly my writing. By age 30, I was winning short fiction awards, being published in literary journals, and had been accepted at one of the top creative writing programs in the US. And then came the next ten years of drifting in and out of dull newspaper jobs while the muses stopped talking to me. By my late thirties I felt like a failure—a housewife instead of a mid-wife to brilliant fiction. One day I simply realized that it didn’t matter if I was a worldly success. What began to matter were the ordinary moments, the richness of each breath, the inexhaustible discovery of truth. I went inward instead of outward, and began the phase of seeking God. Ambition was dead. I just hoped God was alive.
The Control Soldier: Growing up, I noticed many of my nocturnal dreams would show up as future events and many of my hunches came true. By my twenties, I was learning the art of prophecy, playing with Tarot cards and divination tools like the I-Ching and Astrology. Eventually, I weaned off props and developed pure clairvoyance. I got so good in my mid-thirties at seeing the future, I ended up on TV and radio shows, in a BBC documentary on remote viewing, and with an international client list. Then life played a trick on me: the more predictability (or control) I sought, the less I experienced it in my life. The sudden deaths of my parents before I turned 40, and the near death of my son in a car accident, assaulted my belief in control. When my son was almost killed a second time in a violent attack, I was 45 and ready to realize the obvious: control is an illusion. Life is a ride without a steering wheel. Instead of feeling scary, this came as a huge relief. Look ma, no hands!
The Sex Soldier: For years I had connected my sexuality to my lovability. I was worthy of love because I was sexually expressive and sexually available. In relationships this translated to a lot of focus on sexual exploration, play and intensity, to the point of even studying and practicing tantra. Then menopause hit and suddenly my sex drive began to plummet. This created friction with the man I live with, who had signed up for a woman who loved sex. Now I was barely interested. This created angst in me: I was no longer able to use the currency of sexuality in a barter for love. Then, just before I woke up, I attended a weekend retreat with American-born teacher Ganga-gi. In that retreat she asked us to really look at the story of self, the tale of who we imagined ourselves to be. In this, I saw with blinding clarity how I had created a sexually free and adventurous persona as an anti-script to my parents’ sexless marriage.  In all my sexual exploration, I’d never considered the territory of celibacy. Suddenly it became clear: sexually active or celibate were both equally fine options. I was okay because I was not a sexual being as much as I was being sexual. Now I could simply be.
The Relationship Soldier: Perhaps because my parents demonstrated unhappily-ever-after, I was determined to create a fairytale love life. When my 17-year marriage failed to make me happy, I divorced and embarked on a seven-year spree of serial monogamy. The perfect relationship, the one partnership that would finally stop the quest, never materialized. Instead I realized the well being I sought through relationship to other, was an illusion. This came crashing home just before I woke up, when the man I live with began signaling discontent and a desire to leave. Out of sheer exhaustion, I realized I was ready to be alone. Alone was just as good as together. Suddenly, romantic relationship fell away as a requirement for contentment. If I was alone for the rest of my life, that was okay. If I was in a partnership until the day I died, that was okay too.  Equanimity had miraculously arrived.
The last two soldiers standing, sex and relationship, fell in the two months before I woke up. They were the hold-outs, fighting to keep the edifice of self from collapsing When they gave up the battle, there was nothing to impede the movement of grace, which like a tidal wave, washed the Self away.
I dreamed one night that a meteor shower rained down on the earth, and I had no place to hide. No refuge from this fiery annihilation. And so I surrendered to the inevitable and sat on a dream hilltop waiting for death to take me.  The next morning the self I’d known for 49 years, was dead. Instead there arose an empty vast stillness and a quiet delight.

(For english readers): 6 symptoms of enlightenment - Lori Ann


Je vous mets un beau texte de Lori Ann (désolé j'ai la flemme de traduire, et surtout comme ç'est très bien écrit dans la langue d'origine c'est chouette ainsi). C'est bien décrit..... et en plus plein de fun et d'humour, exactement comme ça pour moi qui faudra aborder/enseigner l'éveil à notre nature libre, et non pas comme un truc hyper sérieux accolé à des textes ancestraux qu'il faut vénérer ou des gourous quasiment toujours décevants (ou pire). La grandeur de l'Inde vient de personnes mariées (les Rishis qui ont écris les Upanishads)..
C'est marrant on a là tous les grands thèmes des sagesses ancestrales évoquées par une nana cool, moi ça m'plait !!
Mince peut être qu'elle a un look "Alerte à Malibu" elle aussi !!Enfin visiblement cela n'empêche pas d'être quelqu'un de bien et d'intéressant..
P.S. pour notre petite leçon d'anglais "Serenpidity" (dernier paragraphe) cela veut dire "heureux hasard, synchronicité" (il y a d'ailleurs un film mignon comme tout du même nom (un amour à New York, 2001, film de Peter Chelsom))
Pour ceux qui voudront aller plus loin, le blog de Lori: http://theawakeneddreamer.com/2011/11/17/hello-world/

"The day after waking up from the dream of being a separate self, the everyday took on an enlightenment afterglow. Three months later I’m still tickled by what I call “the indescribable lightness of wow,” a kind of newborn fresheness from which life is perceived.
What is this wow? With the caveat that what arose here is not necessarily what will arise for others in the aftermath of an awakening, here’s my symptom list. These symptoms may or may not indicate self-realization, but if you haven’t indulged in an illegal substance there’s a good chance something non-ordinary is happening.
1) Visual Disturbances: Immediately after I woke up from the dream, I noticed my eyeballs seemed to be delivering a different picture than before. Now I perceived the luminosity of all things, a lit-from-within brightness and crispness to the trees, the cars, the traffic lights, even the pedestrians. It was as if someone had photo-shopped reality using the apps for color saturation, boost and sharpness. I still see the world this way, but more so when I am walking though nature than in moving through traffic or a grocery store line up. Though then too, I am sometimes dumbstruck by way sunlight shines on a wet street, or at the smile of the person behind the cash register. In these moments, the ordinary looks extraordinary.
2) Boundary Issues: Awe and delight arose at the simple seeing that I was not separate. I wandered through a forest one day saying aloud (with tears streaming), “Wow, wow, wow, this is me!”  Crow flying, trees swaying, clouds moving, dog barking—every bit of this movement seen as objects arising. “Lori Ann walking” was also an arising, from the one source, that vast empty-full teeming ground of being. Now I know why they send ‘God-drunk’ holy fools off to the ashram or sanitorium—this perception of oneness is distracting to say the least when you have to pick up the kid from soccer practice and suddenly, you are the ball. If fact I used to be sort of bored watching my daughter’s soccer games—now suddenly I can be like a dog, captivated by the ball rolling and soccer cleats kicking and coach shouting. I’m an avid spectator and participant all at once.
3) Empty-mindedness. Okay, so where did all those thoughts go? Even the thought “I am Lori Ann, a person in charge here” has evaporated. Instead, a spacious emptiness exists where before a whole mob of rowdy “thinkings” had been partying away. Now and then, a stray heavy thought will wander through the emptiness and leave pretty quickly, probably in disappointment “Like, man, where’s the party?”  Living in this thought-vacuum is pretty easy. When mental noise is minimal, reality is much more vivid and immediate. When a friend talks, I listen like never before, because competing thoughts (like I agree or disagree) are out to lunch. If ever I wanted to become a good psychotherapist, this would be the time.
4) Freakish Calmness: I don’t think valium has anything on enlightenment. Two days after I woke up, the man I lived with told me he wanted to break up with me. I sat there calmly—even serenely–and listened. Instead of over-reacting as Lori Ann would have, what arose was complete acceptance. No defense. No argument. No “how dare you” verbal attack strategy. What did arise was the clear seeing of my partner’s reactivity, and the allowance for that, yet also the compassion to say: “If you want to leave, that’s okay. But I see you are in a lot of pain right now. Perhaps give yourself three days to make a final decision.” (Yes, he stayed). Since then, there have been many occasions of experiencing a quiet inner calm while emotional storms churn around me (let me tell you, a pubescent 12- year-old daughter is a guaranteed stress test). If Big Pharma could bottle enlightenment, it would be a hotter seller than Prosac or Viagra.  Perhaps my brain chemistry is altered for this super-tranquility to be here. But hey, I’m not offering myself to science to find out.
5) Precognitive Flashes. Unlike hot flashes, which I also experience as a menopausal woman, these flashes of foresight are kind of fun. I was always pretty intuitive, but now its like ESP on steroids. What has changed however, is what I do with these glimpses of the future. There is no impetus here to change what will happen—in fact, getting these windows into the what-will-be-ness is like getting a weather forecast. I would no more endeavor to change the weather as I would to manipulate the future. A case in point: I had a vision one night of a friend snooping into my emails to check up on the veracity of something I had said. I knew I could change my password or delete any email correspondence that might fuel the fire of suspicion. Instead, I knew it was perfect for events to occur as forseen. Trust is here in a brilliant design to this play of god. Sure enough, the next day this person hacked into my emails and later confessed. And from there, a series of lessons unfolded. The thing is, Lori Ann would never have allowed this unfolding. Rather she would have tried to change outcomes to what “she thought was best.” Which brings me to the last symptom of self realization.
6) Radical Surrender: I know people think surrender is an action you take to get to enlightenment. But truthfully, it’s a state of being that results from self-realization. Surrender is simply a letting go because you have realized control was an illusion anyway. This looks in life like flow and magic, because when we are not trying to direct the river we are being carried along by it. In radical surrender, what arises are perfectly timed intersections, high serendipity and off-the-richter scale synchronicity. But don’t take my word for it. Wake up and see what life is like when the “I” dissolves and life lives itself effortlessly through the non-you. This is not to say life is always pleasant. Pain can be here. What is missing is the control knob on the video game remote. All you are left with is the game, playing itself on the screen of life.  You are a spectator, you are a game character and you are the screen.  It’s pretty darn cool to be everything and nothing, to be the water, the river, the current, the flow, the ocean and the sky.
So there you have it. Six symptoms of waking up from the dream of self. Although some of these symptoms arose in a milder form in the life of Lori Ann before the big shake down of Oct 25th, 2011 (http://theawakeneddreamer.com/2011/11/17/hello-world/), they are now every day features of this life being lived. And unlike symptoms of disease, these are symptoms of the one state we all strive for, a state of ease.
So. I invite you to live a symptom-filled life of non ordinary ease. I invite you to wake up.
Awarenesss is Here,
Lori Ann"

S'ouvrir à la grâce - Jean Marc Mantel


Jean Marc Mantel, psychothérapeute et "'éveilleur" vient de faire paraître son dernier livre, constitué en partie d'échanges qu'il a eu sur son forum. Ci dessous un extrait du livre constitué d'un échange qu'il a eu, avec moi..
JMM fait partie des quelques bons éveilleurs sur le territoire français, je pense..

Vous dites : "par mégarde, on localise la conscience dans le corps". C'est un point clé, n'est-ce pas ? Comment prouver aux rationalistes cette méprise ? Pour eux, la conscience n'est qu'un produit du fonctionnement cérébral. Doit-on chercher du côté des OOBES (Out Of Body Experiences) pour prouver la chose ? Ou bien, à un certain niveau de fusion dans la source, des preuves, du type de la clairvoyance, se présentent-elles spontanément ?

C'est en effet un point clé. La conscience elle-même, libre de projection, se réfléchit dans le corps. Le corps donne alors l'impression d'être le dépositaire de la conscience, alors qu'il n'en est que sa réflexion. Cruelle erreur qui entraîne toutes les conséquences que chacun connaît.
Le désir de prouver peut aussi être abandonné. La rose a-t-elle besoin de demander à tous de humer son parfum ?
Ceci dit, et c'est ce qu'on peut constater à l'heure actuelle, les témoignages innombrables finissent par ébranler les convictions les plus ancrées.
Puisque vous évoquez le sujet, au récent congrès de Martigues sur les NDE (near death experiences = expériences de mort imminente), un professeur de cardiologie, hollandais je crois, a montré comment des êtres enfoncés dans un coma avec un tracé EEG (électro-encéphalogramme) plat, signe de mort clinique pour la médecine actuelle, non seulement sont sortis du coma, mais ont pu raconter la totalité de ce qui s'est passé quand ils étaient comateux, y compris dans la période avec EEG plat. L'effrayant constat qui s'est alors imposé à eux est : "la conscience n'est donc pas localisée dans le cerveau"...
Les meilleures preuves sont finalement votre vécu, votre aptitude à vivre les circonstances changeantes et imprévues dans une tranquillité stable et une joie saine.
La vie est l'instructeur. Elle met en place les circonstances parfaites pour réveiller les endormis, que ce soit par un chant mélodieux ou par des piques douloureuses (Ouais ben ça va là haut, on a compris !!). Elle œuvre à sa manière et avec sa propre intelligence. Toutes les illusions
résiduelles seront donc tôt ou tard nettoyées par ce grand "Kärcher" qu'est la vie, qui brise les mirages et ramène à elle les brebis égarées.

mardi 24 janvier 2012

L'estime de soi - Susanna Mc Mahon


Très important de veiller et renforcer l'estime de soi; c'est la base du bien être, une façon de s'aimer soi-même et une pré-requis pour pouvoir aimer autrui, car on se comporte avec autrui comme on se comporte avec soi-même. C'est aussi cette partie renforcée qui va pouvoir dialoguer-rassurer l'enfant en nous.
Concrètement on peut déjà commencer par se répéter plusieurs fois et souvent la phrase "je suis quelqu'un de bien", cela fait son effet ! (après les coups qu'on se prend), et aussi se faire des ptits clins d'oeil et sourires devant le miroir..
Souvent dans nos sociétés, dans lesquelles il n'y a pas eu de rites d'initiation, notre estime de nous-même est trop faible, d'autant qu'une morale défectueuse nous a enseigné qu'il était plus important de penser à autrui qu'à soi, alors que cela ne fonctionne pas bien si on ne sait pas se nourrir soi-même. L'éducation basée sur le jugement et la comparaison des notes scolaires n'est pas non plus top pour développer l'estime de soi.. et parfois les parents n'ont pas été au top non plus durant notre enfance..
Le manque d'estime de soi entraîne de nombreux troubles, dont la dépression et aussi le fait de se laisser entraîner dans des relations avec des personnes qui consciemment ou non peuvent parfois être manipulatrices, en raison de leurs propres peurs, de leur propre estime de soi trop faible.
La façon dont on se sent soi-même, l'image qu'on a de soi, est une des seule choses que l'on peut choisir. C'est donc un choix que l'on fait (ou pas) de renforcer quotidiennement son estime de soi, c'est un processus à continuer toute la vie, on ne met pas de côté un stock d'estime de soi, mais on cultive le processus au long de la vie. Les personnes qui ont une bonne estime d'eux, ont un rayonnement doux et apaisant, un amour-force, elles sont tolérantes, se pardonnent à elle-même et aux autres.
On dit aussi que ce n'est qu'un moi fort, avec une bonne estime de soi, qui va pouvoir s'ouvrir au supra-personnel... normal si on a plein de peurs et si on n'a pas confiance en soi, comment s'ouvrir...
"D'abord parfaitement normal avant d'envisager quoi que ce soit de supranormal", comme disait l'autre..
Tout ceci va faciliter la venue de la paix qui dépasse l'entendement, ce que Susanna, Walter O'Connell et Alfred Adler appellent "l'euphorie naturelle".
Je vous laisse avec quelques extraits du dernier chapitre sur ce thème:
"L'euphorie naturelle est l'aboutissement de l'estime de soi et de l'intégration sociale. Elle naît en vous quand vous vous sentez en relation avec tout l'univers, quand vous vous sentez partie intégrante du cosmos. Vous atteignez cet état quand vous êtes pleinement conscient de la beauté de vote nature profonde (Dieu en vous) et de celle des hommes en général et du monde tout entier (Dieu autour de vous). Cette évidence peut vous aveugler brusquement et spontanément, n'importe où, n'importe quand, lorsque vous plantez là votre moi faible une fois pour toutes, et que vous vous ouvrez aux miracles visibles autour de vous. La plupart des enfants connaissent des états d'euphorie naturelle car ils sont plus facilement en état de grâce. L'euphorie naturelle vous échappera tant que vous serez tourné vers le passé ou l'avenir. Elle ne peut se manifester que si vous vivez pleinement l'instant présent. C'est un déclic qui se produit indépendamment de notre volonté directe, et se dérobe à nos efforts. Ce n'est pas un but à conquérir, c'est un don de Dieu. 
La façon la plus sûre d'y parvenir, c'est de pratiquer l'estime de soi-même et l'intégration sociale. Nous restons ouvert à ce sentiment sublime en nous acceptant tels que nous sommes, dans toute notre humanité, en nous détachant de nos besoin névrotiques et de nos folies, en nous émerveillant devant nous-mêmes et les autres, et en vivant l'instant présent sans jugement ni critique."
(Sasuanna Mc Mahon, Le psy de poche, édition Marabout, 5,90€)
Allez, soyons tous bons avec nous-même, c'est comme ça qu'on réussira à s'aimer les uns les autres, balayant les peurs !

samedi 21 janvier 2012

L'accès à L'Eveil pour tous - l'oeuvre de Giulio Cesare Giacobbe


Aloha !
J'ai beaucoup parlé dans les derniers posts de la libération des traumas dans la mémoire de l'inconscient.
C'est un point important et qui surtout est tellement facile à commencer que cela ne coûte rien. En prendre conscience aussi.
Mais on sait, par ailleurs, que cela ne résoudra pas tout, car seul l'accès à l'Eveil va procurer un bien-être profond.
Par Eveil, on entend ici accès à notre Centre, c'est à dire à un niveau de Conscience en nous plus profond, à notre Âme si l'on peut dire... un niveau de conscience qui est dormant chez la plupart d'entre nous, comme l'expliquait bien Gurdjieff.
La plupart d'entre nous sommes scotchés au niveau du plan mental. Très peu ont accès au plan supramental, que d'autres appellent le plan causal. La psychologie à la pointe étudie enfin ces état supérieurs de la psyché (voir Roberto Assagioli, Psychosynthèse, ou Victor Frankl, la Psychologie du haut).
C'est le réveil de cette partie haute de nous-même, qui permet de sortir du cycle des peurs/désirs, dépressions, etc...pour devenir soi-même un centre de bien-être, pour soi et les autres.
Ce n'est en fait pas si compliqué quand on sait comment faire. C'est surtout une question de maturité et de motivation: est-on prêt, ou souhaite-t-on encore plutôt se focaliser sur une quête extérieure (quand j'aurai enfin la bonne maison/copine/job/argent/vacances/voitures/retraite/santé...)
Giulio Cesare Giacobbe est diplomé de philosophie et de psychologie aux USA, il a exercé la profession d'analyste avant d'enseigner la psychothérapie à Florence. Il donne maintenant des cours de psychologie orientale à Gênes, où il vit. Ses ouvrages l'ont immédiatement propulsé en tête des best-sellers.
A juste titre ! Ils sont en plus à moins de 10€.
J'ai déjà donné quelques pistes sur l'accès à l'éveil ici: http://advaita22.blogspot.com/2011/06/les-4-etapes-pour-realiser-leveil-le.html
Cette approche, notamment enseignée par Siddharta Gautama en son temps, est reprise par Giulio Giacobbe, avec beaucoup de simplicité, d'humour et un vrai talent de pédagogue..
On retrouve ses explications dans ces différents ouvrages (tous très recommandables), comme:
- A la recherche des câlins perdus (plein de choses sur les relations de couple),
- Comment devenir un bouddha en 5 semaines (remarquable ouvrage, malgré le titre humoristique),
- Même pas peur,
- Comment arrêter de se prendre la tête.
Je vous livre ici un extrait de la fin de l'ouvrage "à la recherche des câlins perdus".. c'est remarquable de pédagogie..
"La quatrième personnalité humaine (au delà de enfant, parent, adulte) correspond à une fonction psychique particulière, que nous appelons communément la Conscience.
Pendant longtemps la religion en a parlé, après ce fut le tour de la psychologie (Assagioli, Frankl).
C'est la fonction cérébrale qui permet de s'auto-observer. Avec elle, nous devenons conscients de nos émotions, de nos pensées, de nos actes. D'observateurs du monde extérieur, nous devenons observateurs de nous-mêmes. Nous devenons conscients.
La conscience n'est pas une fonction toujours active. Au contraire, normalement pendant la plus grande partie de notre vie, elle ne l'est pas du tout. Certaines personnes n'activent même jamais cette fonction.
Elle se déclenche parfois en cas d'accident, comme un mécanisme de défense, une sorte de dépersonnalisation qui, en mettant momentanément le moi entre parenthèses, empêche qu'il subisse et assimile dans l'inconscient des blessures narcissiques qui pourraient compromettre son équilibre, et donc sa survie.
L'état de conscience est donc un phénomène naturel, même s'il n'est pas fréquent. Bien qu'étant extraordinaire, c'est en effet une expérience naturelle que de devenir conscient de son propre état émotif ou de sa propre personnalité dans une situation particulièrement chargée de tension émotionnelle. cependant l'expérience de la conscience se présente habituellement comme un flash, elle est très brève et de toute façon temporaire. Nous sommes en mesure d'activer volontairement le processus de la conscience par un acte de volonté. Il suffit que nous déplacions notre attention vers nos pensées.
Nous sommes dominés par ce à quoi nous nous identifions, mais nous dominons ce à quoi nous ne nous identifions pas.
Et c'est bien pour cette raison qu'en temps normal nous sommes dominés par nos émotions, parce que nous nous identifions à elles. Les émotions autodépréciatives et dépressives nous font souffrir, nous empoisonnent la vie, elles sont des manifestation de la peur. L'élimination de la souffrance est obtenue par le développement de notre quatrième personnalité, qui n'est pas exempte d'émotion, mais qui a simplement appris à ne pas se laisser dominer par elle."
On trouve des détails sur la pratique dans son livre "comment devenir un bouddha en 5 semaines". Thich Nath Hanh dont j'ai déjà parlé est cité aussi. On observe les pensées (car ce sont elles qui génèrent les émotions)...en même temps on peut se concentrer sur le souffle, ce qui va détendre le corps (8 fois de suite).. on peut se répéter aussi un mantra en même temps que le souffle (je suis éveillé)... ainsi petit à petit on réveille/construit son Centre, on devient libre des pensées automatiques (générées par l'inconscient), on trouve notre Sérénité intrinsèque... on peut commencer à devenir un Centre de Lumière pour soi-même et les autres, une Usine d'Amour ;-)).
Les ouvrages de Giulio sont très bons.. ils sont par contre lacunaires et faux sur certains points, car Giulio n'étant manifestement pas médium, il assimile beaucoup l'humain à une machine cérébrale, alors que la conscience est en dehors du cerveau, et que bien sûr l'Âme survit et nous sommes entourés par les défunts qui nous parlent, etc... mais bon, nobody is perfect..
Voilà durant les quelques derniers post j'ai donné beaucoup d'outil pour arriver à l'Eveil: contacter son inconscient et ses blessures, et dans le post présent contacter son Âme...les plats sont prêts y a plus qu'à les manger !

jeudi 19 janvier 2012

Prendre responsabilité de son état émotionnel et ne pas prendre personnellement l'état émotionnel de l'autre


Hello,
Je donne ici plus de détail sur l'application de la thérapie par l'enfant intérieur (thérapie cognitive) et son application proposée aux relations de couples, en partant de deux chapitres du livre "Inner Bonding" (reliance avec l'enfant intérieur) de Margaret Paul.
L'auteure conseille de prendre responsabilité de ses émotions (si je me sens mal je vais traiter ça en moi au lieu de tout de suite réagir et reprocher à l'autre). Cela apparaît comme un changement de perspective par rapport aux réactions usuelles, certainement cela ne peut pas se faire du jour au lendemain, c'est un processus... cela consiste, lorsque vous vous sentez bousculé par l'autre, à vous occuper en tant qu'adulte de votre enfant intérieur, à le rassurer et à lui donner l'amour dont il a besoin, de sorte vous devenez autonome et pouvez rester dans l'oeil du cyclone, dans votre centre, quoi qu'il arrive...Passer par l'enfant intérieur n'est pas obligatoire, on peut aussi comprendre cela directement... dans les thérapies cognitives classiques (approche Aaron Beck), on ne passe pas par l'enfant intérieur, on essaye de comprendre puis de changer le schéma de pensée... simplement passer par l'enfant intérieur facilite l'ouverture à notre émotionnel refoulé, aux mémoires, donc on peut le conseiller, même si je pense que pour certains hommes ou certaines femmes-masculine, cela ne sera pas évident au départ... aux USA ils utilisent souvent une poupée ou un nounours en peluche, et le client lorsqu'il fait parler son enfant, le fait par le biais de la peluche... personnellement je n'ai pas besoin de peluche pour contacter mon enfant intérieur..
Assumer la responsabilité de son état émotionnel, et réciproquement, ne pas prendre trop personnellement l'émotionnel de l'autre... en un sens tant pis si l'autre se met en colère ou a de la peine quand je dis quelque chose qui est ma vérité du moment (bon faut pas jouer la provoque non plus). On ne peut pas renoncer à être soi, pour ménager l'autre, ou par peur de perdre l'autre... et la peine de l'autre, même si elle vous fend le coeur, en un sens ce n'est pas grave, c'est lui permettre aussi de grandir, de prendre conscience qu'en lui, il ne prend pas en charge ses blessures, il ne prend pas en charge son enfant intérieur...en tout cas c'est l'approche proposée et qui d'après l'auteure porte ses fruits...
Il semble que l'on traite son propre enfant intérieur comme nos parents nous ont traité quand on était enfant. Si nos parents ont été plein d'amour pour nous, disponibles, et connectés émotionnellement, il y a des chances que l'on se comporte nous aujourd'hui en tant qu'adulte de la même façon avec notre enfant intérieur.  A contrario si nos parents ne pouvaient pas être dans une relation valorisante ou soutenante avec nous, il est probable que nous-même aujourd'hui nous ne pensions pas du bien de notre enfant intérieur, et que celui ci donc ne se sent pas aimé (on ne s'aime pas soi-même) et cherche desepérément l'amour chez quelqu'un d'autre. C'est pareil pour les peurs... alors il faut apprendre à se "parenter" soi-même, cela peut prendre plusieurs mois de dialogue quotidien avec son enfant intérieur avant qu'il soit rassuré, que vous en tant qu'adulte soyez capable de gérer ses peurs, de lui donner de l'amour, et que vous allez arrêter de l'abandonner, ainsi que de le confier à des hommes/femmes qui ne sont pas correctes avec lui.
On notera aussi que Carl Jung fait partie de ceux qui ont soutenu cette approche de l'enfant intérieur, pour ceux qui veulent en savoir plus, un très bon article ici: http://fr.wikipedia.org/wiki/Enfant_int%C3%A9rieur%20
Pour rendre plus concret quelques extraits  issus de l'ouvrage "Inner Bonding":
- Cesser de croire que quelqu'un d'autre peut s'occuper mieux de vous que vous même (!!celle là je l'adore !)
- Au bout de quelques mois, les peurs arrivent dans la relation et très souvent un système de codépendence se met en place,
- L'insécurité pousse les amoureux à agir de façon narcissique (je prends pour me nourrir) ou trop dans le don de soi (je donne trop, tout pour que l'autre reste avec moi).
- Alexis (femme)"A chaque fois que Brendan mentionne quelque chose à propos de sa relation sexuelle avec son ex, je suis blessée. Je lui ai demandé de ne plus en parler mais il le fait parfois." (Fausse croyance: Brendan est responsable de mes émotions). Réponse de Bredan:
- "J'essaye de penser à ne plus en parler mais parfois cela vient tout seul.[...]. Je ne veux pas faire cela à Alexis, mais je ne sais pas comment faire autrement. Je ne veux pas la blesser" (Fausse croyance: Je suis responsable des émotions d'Alexis).
- Thérapeute: j'ai expliqué à Alexis le fait qu'elle se sentait mal en raison de ses propres peurs et croyance, et que plutot que de vouloir forcer Brendan à changer, elle devrait explorer ses propres émotions. Je lui ai demandé si elle était prête à dialoguer avec son enfant intérieur et elle l'était.
- Alexis adulte (parlant à une poupée): pourquoi cela te fait mal quand Brendan parle de sa relation avec son ex ?
- Alexis enfant: J'ai peur qu'il me quitte (Fausse croyance: je ne pourrais pas supporter la douleur s'il me quitte. Je ne peux pas prendre soin de moi-même).
- Alexis adulte (parlant à son enfant intérieur): Je comprends que tu sois effrayé. Mais Brendan n'est pas ton père, c'est différent. Quand il parle de son ex cela ne veut pas dire qu'il ne t'aime pas. Cela ne veut pas dire qu'il va te quitter pour retourner avec elle. Cela ne veut pas dire que c'était mieux avec elle. Même si il te quittait ce serait OK car je suis là pour m'occuper de toi. Quand tu étais bébé je ne pouvais pas m'occuper de toi mais maintenant je suis grand et je peux m'occuper de toi. (Thérapie cognitive, on corrige la fausse croyance que l'enfant serait abandonné et ne pourrait supporter la douleur).
- Alexis enfant: Mais je n'étais pas assez bien pour papa donc je ne suis pas assez bien pour Brendan.
- Alexis adulte: Papa t'a quitté car il était malade et non parce que tu n'étais pas assez bien, etc, etc... (les fausses croyances vont devoir être confrontées encore et encore jusqu'à ce que l'enfant intérieur change et adopte les nouvelles croyances justes).
- Ne pas trop donner à l'autre, être honnête par rapport à ses propres besoins et souhaits; c'est aussi donner l'opportunité à l'autre de grandir,
- Je veux pouvoir être honnête avec toi,
- L'adulte intérieur est là pour rassurer l'enfant intérieur qu'il n'a pas été mauvais lorsque le conjoint s'énerve ou a de la peine en raison du fait que vous avez juste été honnête avec lui et avec vous-même,
- Ce n'est pas aimant vis à vis de nous même de rester dans une relation lorsque l'on nous blâme pour les émotions de l'autre,
- Enfant intérieur: je suis vraiment en colère contre toi (contre adulte intérieur) car tu m'as donné à Homer et maintenant je me sens seul et triste.
- Adulte: je pensais que tu aimais Homer ?
- Enfant intérieur: Oui, mais tu n'aurais pas du m'impliquer avec un menteur. Cela me fait trop mal quand il me ment.
- Therapeute: Elle a vu que son Adulte avait encore du mal à accepter toute la responsabilité pour son enfant intérieur, une expérience que nous sommes nombreux à avoir.
Adulte: je comprends que pour que mon enfant intérieur se sente valable, je dois le traiter différemment: en choisissant des hommes qui sont dans l'amour et non dans le rejet.
- Dès qu'elle criait sur lui, il devenait un enfant terrorisé, immobilisé et en retrait, fermé. Il ne pouvait répondre de peur de perdre Dina. Quand Nick ne faisait pas ce qu'elle voulait, Dina explosait et Nick devenait silencieux ou quittait la maison. Les deux fonctionnaient en mode "enfant abandonné". C'était dur pour elle d'arrêter de vouloir le contrôler. Dès que son adulte abandonnait son enfant intérieur, lui laissant croire qu'il était personnellement rejeté, son enfant passait immédiatement dans le mode addictif de vouloir contrôler l'autre.
- une bonne relation permet l'intimité sans perdre sa liberté personnelle,
- l'enfant intérieur croit que les autres ne vont pas t'aimer si tu fais ce que tu veux,
- vous devez être là pour votre enfant intérieur au moment où il a l'impression de se faire agresser (afin de ne pas prendre cela de façon perso). Soyez là pour la peine de votre enfant intérieur.
- lorsque chacun est volontaire pour faire son propre travail de reliance (avec l'enfant intérieur blessé), les relations de codépendances peuvent redevenir saine assez rapidement,
- mauvaise communication et lutte pour le pouvoir reviennent comme thème dans presque toutes les consultations,
- lorsque l'on abandonne son enfant intérieur, on se met alors soit dans une position narcissique (je veux, je prends chez l'autre ce que je ne trouve pas en moi), soit on est trop dans le don de soi (je donne tout pour ne pas perdre l'autre mais je me perds moi, j'abandonne mon enfant intérieur à l'autre), ce sont les 2 pôles.
- si l'un des partenaires ne veut plus parler, celui qui se retrouve ainsi seul doit être là pour dialoguer avec son propre enfant intérieur (ce qui évite de paniquer),
- dans une relation d'amour chacun nourrit l'autre mais aussi chacun sait se nourrir lui-même, ce n'est pas au dépend de soi, on partage l'amour mais on n'essaye pas d'obtenir l'amour (share not get, amour inconditionnel..),
- ne prenez pas la responsabilité des peurs de l'enfant intérieur de votre partenaire car sinon vous allez laisser tomber votre propre enfant intérieur (je l'aime bien celle là !),
-j'ai beaucoup abandonné mon enfant intérieur en faisant l'amour pour faire plaisir à l'autre alors que je n'avais pas envie.
- c'est une fausse croyance que de croire qu'on va pouvoir contrôler les intentions et le comportement de l'autre,
- Thérapeute: "vous vous sentez bien tant que Stanley vous donne ce que vous voulez, et vous vous sentez super mal quand il ne vous le donne plus. Vous êtes addict à son amour, vous êtes dépendant. Mais si vous vous donnez l'amour à vous même (dialogue enfant intérieur), alors vous vous sentez bien à long terme, pas juste sur le moment. Seulement si vous aimez votre enfant intérieur, alors il saura qu'il est quelqu'un qui mérite d'être aimé, et d'une façon que personne ne peut reprendre, sans être dépendant de quelqu'un. Mais la seule façon de le savoir c'est d'essayer."
- Il faut plusieurs mois pour convaincre son enfant intérieur, on fait 2 pas en avant et 1 en arrière..
- Sans cet amour envers soi-même, on sera toujours en train de se protéger, au lieu d'être ouvert à l'amour.
- Pour une relation forte et durable, chaque partenaire doit être ouvert à ses propres émotions, tout en étant volontaire et ouvert pour apprendre au sujet de celles de l'autre. C'est un processus sans fin. Et si à la fois la femme et l'homme restent reliés et ouvert l'un à l'autre, il n'y a pas de limites pour le potentiel de richesse et de joie

Voilà !..c'est un changement, y a du boulot n'est ce pas si on veut essayer de vraiment fonctionner ainsi...
On était en plein dans les TCC (Thérapies Cognitives et Comportementales)

Hope this helps !
En complément, une méditation où l'on se relie à ses racines terrestres et ses dimensions célestes, permet de se nourrir à l'intérieur, de se découvrir comme Présence dans un corps physique, relié à la Terre et au Ciel.
En conclusion, corriger ses schémas de pensées issues de l'enfance et des vies antérieures, et les émotions -comportements attenantes, se centrer et se reconnecter au Ciel et à la Terre, c'est retrouver sa puissance personnelle, n'avons nous pas là la base d'une bonne thérapie-spirituelle ?.... les soins énergétiques venant en complément...
Je vous laisse avec cette citation de Suzanna Mc Mahon (livre "le psy de poche"), sur l'enfant intérieur qui peut être découvert:.
«  (...) par le fait que nous réagissons de façon démesurée à certains évènements. Chaque fois que notre réaction est disproportionnée, on peut être sûr qu'il est en train de faire son numéro. Cela se produit à chaque fois que nos besoins guident aveuglément notre conduite, l'enfant exige qu'on s'occupe de lui. Il hurle son besoin d'attention. (...) Tout le monde abrite un enfant intérieur car nous avons, tous autant que nous sommes, perçu jadis le monde à travers les yeux d'un enfant. Et nous avons tous quelques souvenirs de ces perceptions. Cet enfant se souvient de son impuissance, de son incapacité à maîtriser le cours des choses. Il garde en mémoire d'innombrables injustices. À tout cela, il n'a de solutions qu'à court terme; il sait crier, pleurer et exiger de l'attention ou au contraire devenir passif, se recroqueviller sur lui même réclamant que l'on vienne à son secours. Si les secours n'arrivent pas, c'est le désespoir. Un enfant intérieur en bonne santé a la certitude que l'on répondra tôt ou tard à ses besoins et il est capable de patienter avant d'obtenir satisfaction, mais nombre d'entre nous hélas n'ont pas un enfant en bonne santé.  »

mardi 17 janvier 2012

Comment savoir quand c'est le bon moment de quitter une relation - Margaret Paul

J'ai bien aimé cette video, qui rejoint d'autres choses déjà entendues ailleurs.
Je traduis quelques passages à la volée pour ceux qui sont allergiques à l'anglais..
"La plupart des personnes que je vois quittent leurs relations beaucoup trop tôt. Vous allez amener tous vos problèmes dans une autre relation (vos peurs, colères, etc.). Aussi à moins qu'il y ait un abus physique dans la relation, je conseille de rester et de travailler chacun sur votre problème. Par exemple vous trouvez que votre partenaire ne prend pas en compte vos besoins, mais votre partenaire n'a pas à porter la responsabilité pour vos besoins. Vous sentez vous heureux en vous ? Sinon vous allez amener cette posture de victime dans une autre relation. Quand vous avez pris responsabilité pour vos propres émotions (peurs, colères, etc.) et si rien ne change alors là ok vous pourrez quitter (mais c'est seulement si vous êtes vraiment heureux en vous, que vous ne blâmez plus votre partenaire pour vos problèmes.)
La plupart du temps quand les personnes avec qui je travaille prennent responsabilité pour leurs problèmes (apprennent à se remplir d'amour, ne blâment plus le partenaire, ne font plus de résistance, de colère ou retrait), très souvent l'autre partenaire s'ouvre et veut aussi apprendre le processus de reliance intérieure "Inner Bonding".
Ne perdez pas votre temps à quitter des relations, même s'il y a de la colère, des cris, ou des insultes, d'une façon ou d'une autre vous allez rencontrer les mêmes problèmes dans une autre relation. Vous avez besoin de votre relation pour guérir vos problèmes (peur du rejet, d'engagement, toutes les façons dont vous réagissez pour créer votre partie de la relation). Apprenez à être aimant avec vous même, en paix et ensuite voyez ce qui se passe".
Tiens d'ailleurs, cela me fait penser à Gayatri qui disait qu'elle avait impression de ne jamais se sentir aimé dans l'ashram d'Amma (comme quoi quand on ne sait pas nourrir soi-même son enfant intérieur, on va chercher cette nourriture dans un partenaire ou un guru)..
Moi je m'amuse bien maintenant avec mon ptit enfant intérieur (Phiphi qu'il s'appelle !), même si pour l'instant il a encore moyennement confiance en moi (ben oui ça fait des lustres que je l'ai abandonné, "self abandonment" qu'ils appellent cela outre atlantique).
Tiens au fait, ils sont pas si nuls que ça en thérapie aux US...
J'ai parlé de cette méthode à une amie américaine (Kathryn Hudson pour ceux qui la connaissent), voilà ce qu'elle m'a dit: " I live and play each day with la petite Kathryn, and it seems her method and mine are similar.  :-) Love and giggles" ... pour ceux qui veulent progresser en anglais "Giggles ça veut dire rires"
A peluche...
P.S. J'ai demandé à Margaret, avec qui je suis en contact, si sa méthode marchait bien pour des personnes avec problème borderline, voilà sa réponse: "Inner Bonding does work very well with people with BPD, but they have to want to heal, and many people with BPD do not believe that they have a problem."



lundi 16 janvier 2012

Vous ne connaissez pas vraiment quelqu'un tant que vous n'avez pas eu de conflit avec lui - Margaret Paul

Aloha !
Dans cette très bonne video de 7 minutes en anglais, Margaret Paul (qui enseigne Inner Bonding, comment apprendre à se remplir soi-même d'amour) parle des relations amoureuses..
Je traduis quelques passages qui m'ont intéressés.
"Lorsque vous tombez amoureux de quelqu'un avec votre partie d'ego blessée, vous allez être trop entiché de cette personne (english: infatuated)...
Vous ne connaissez pas vraiment quelqu'un tant que vous n'avez pas eu de conflit avec cette personne. Peut être que cette personne explose en cas de conflit ou bien se retire et se ferme ? Les premiers mois sont souvent une lune de miel, chacun se comporte du mieux qu'il peut pour plaire à l'autre.. mais il ne s'agit pas seulement de tomber amoureux mais il s'agit d'être capable de maintenir l'amour..
Vous apprendrez beaucoup de la personne et de vous même quand il y a un conflit.
Si aucun des deux n'est disponible lorsqu'il y a un conflit, vous ne serez pas en mesure de maintenir votre amour.
Vous devrez apprendre à rester ouvert et disponible pour apprendre dans un conflit. Si vous êtes trop réactif dans un conflit, l'amour ne pourra pas se maintenir. Mais avant cela, il faut déjà apprendre à être ouvert et apprendre vis à vis de ses propres émotions, et prendre responsabilité pour ses propres émotions (ce que nous apprend la pratique de dialogue avec l'enfant intérieur, inner bonding), ainsi après vous pourrez rester ouvert et disponible pour apprendre lorsque l'autre poussera un de vos boutons déclencheur.."
Ma foi, c'est bien vrai tout ça...



Alerte à Malibu ou à Paris 8 ?

Alerte à Paris 8

Petit post léger..
J'ai reçu récemment un courrier d'inscription pour un stage de magnétisme dans Paris 8ième par un magnétiseur que je connais et mari d'une célèbre médium... Le stage aura lieu ce week end mais je n'irai pas !
Un point dans le courrier m'a choqué, fait rire, et en même temps un peu énervé, je cite "Depuis quelques années 2 pratiques sont dominantes: la première est américaine et donne une note rassurante en utilisant une couverture pseudo-scientifique et gomme tout ce qui s'apparente à des termes religieux en les remplaçant par des mots empruntés aux philosophies hindouistes ou chinoises. Ces philosophies sont tout à fait respectables mais n'ont rien à voir avec la pratique de l'imposition des mains. Les leaders en souvent des femmes au look "Alerte à Malibu". Mes correspondants américains les assimilent à des agents commerciaux. Ces écoles sont conformes à la pensée américaine et c'est très bien ainsi.."
Au secours !!

Bravo... peut être cet homme a-t-il un problème de relation avec les femmes ?
Récemment encore une amie m'a gêné en me faisant une réflexion proche du jugement sur le physique d'une personne qui est proche de moi...quand on parle des autres c'est souvent de soi qu'on parle....
Et ben désolé, c'est pas parce qu'une personne est mignonne et qu'elle prend soin d'elle qu'elle n'a pas un coeur grand comme ça, et qu'elle ne sera pas une excellente thérapeute et/ou médium, car ce qui compte c'est ce qu'on donne à l'intérieur... alors mieux vaut se brancher sur les belles parties de quelqu'un avant de faire un jugement à l'emporte pièce..
Enfin bref, n'allez pas fuir un/une thérapeute sous prétexte qu'il/elle aurait tel ou tel look, alors ça c'est n'importe quoi ! Surtout que vous risquez de passer à côté d'une perle..française ou américaine peu importe, je préfère essayer de sentir le plan d'âme d'où la personne vient..
Avec amour et humour..
Et vive les femmes au look "Alerte à Malibu"!!
Quelle époque ;-))

dimanche 15 janvier 2012

Coup de coeur: La thérapie par le dialogue avec l'enfant intérieur - Margaret Paul


Plébiscité par les lecteurs, cette thérapie étonnante au premier abord, constitue une excellente façon d'aborder les thérapies cognitives (changer nos schémas de pensées) et de reprendre contact avec nos émotions refoulées.
Dans son livre, en cours de réédition en français (bientôt à nouveau dispo), et dispo en anglais pour 11€ (Inner bonding, édition HarperOne) Margaret explique que nous avons deux facettes en nous, que l'on peut décrire comme cerveau gauche rationnel, cerveau droit émotion sentiment... ou encore Adulte et Enfant intérieur.
L'Enfant Intérieur c'est cette partie de nous qui est composée des émotions, mémoires, sentiment, créativité, et une certaine vulnérabilité.
Un grand nombre de personnes ne sont plus en contact avec leurs émotions (se sont blindées, protégées), et l'enfant intérieur à ainsi été abandonné... et se trouve dans un état de détresse (ce que la medium-thérapeute Marie Thérese Fernbach a vérifié chez moi)..
Toute enfance un peu difficile ou avec trauma entraîne naturellement un enfant intérieur qui appelle au secours, et cet enfant non écouté finit par générer des maladies, des colères ou des dépressions.. et c'est seulement lorsque l'adulte en nous écoute l'enfant en nous (lorsque le mental écoute et accepte les émotions, accepte de vivre la peine) que l'on peut trouver le bien être.. qui plus est, ce n'est que lorsque le lien interne Adulte-Enfant intérieur est fort, que l'on peut entrer dans une relation saine de couple, car sinon, on finit par confier notre enfant intérieur à l'autre et cela donne une relation de codépendence et des peurs (très bien expliqué dans les livres de Margaret).
La thérapie peut se commencer tout seul, en prenant quelques minutes tous les matins et tous les soirs pour écouter son enfant, valider ses ressentis, dialoguer, corriger les croyances fausses et s'autoriser à prendre des actions d'Adulte pour aller dans le sens voulu par nos sentiments (pas toujours bien sur mais suffisamment)... sinon de toute façon on finit par toucher le fond et la vie nous y oblige ou on meurt... il faut parfois quelque temps pour que les mémoires sortent, suivant votre degré de coupure avec vous-même..
L'approche de Margaret fait aussi appel à notre Guide Intérieur en complément de l'Enfant Intérieur
Moi je mets en place mes RDV avec moi-même... en tant qu'Adulte prendre en charge soi-même ses peines..
Le livre est génial, se lit très facilement, est plein de témoignages et très bien structuré..
Vaut certainement toutes les méditations zen du monde !
Pour ceux qui veulent, il y a une petite video, et le site web, vous verrez la méthode est également recommandé par Neale Walsh (auteur d'une célèbre trilogie): http://www.innerbonding.com/ 
http://www.innerbonding.com/list-event/20/1/intensives.html
http://www.innerbonding.com/youtube.php
C'est un travail que l'on fait pour plusieurs vies, car si ce n'est pas fait maintenant, c'est à faire là haut et aussi en revenant, c'est ce qu'on me dit dans mes ptites oreilles..
Dolores, Colorado
A suivre !!, i'll keep you posted..., dommage qu'on retrouve encore tout un business dément autour (1950$ le stage intensif de 5 jours !!!), bon il va falloir encore prendre ce qui a de bon là dedans par soi-même et se débrouiller autrement !!, même si j'ai les moyens de faire ce stage et d'aller à Santa Barbara ou à Dolores, je ne suis pas en phase avec ce genre de tarifs, je suis même devenu un peu allergique ! Et je suis vraiment ravi de garder mon job d'ingénieur comme ça quand je mettrai des choses en place ce sera avec le prix fixé par mon Coeur de mon Enfant Intérieur, et je ne dois pas avoir le même enfant que Margaret, ni peut être le même guide intérieur. Et pan voilà encore un direct du gauche, voilà, na !!!))
Help, who has True Love on this planet ??
En plus j'irai quand même en Californie et au Colorado, mais pour mes vacances, re-na !!
Beautiful Santa Barbara
With love, Phil
Santa Barbara, California



samedi 14 janvier 2012

L'imposition des mains vu par les Esprits


Lorsque l'on fait différents stages pour l'imposition des mains, on peut finir par être perdu car chaque école a son protocole.. quoi de mieux que la vision des Esprits qui eux voient bien ce qui se passe et sont là pour nous aider à donner le soin avec leurs vibrations.
Comme me l'a dit mon grand père paternel via la medium Hélène Polesel, "tu seras un meilleur thérapeute si tu laches prise".
Le CESAL (Centre d'Etudes Spirites André Luiz) a fait un super travail et site web de synthèse des enseignements des Esprits reçus par plusieurs medium (Alan Kardec, Chico Xavier, etc.) et ils ont classé ça par thème, n'hésitez pas à consulter leur site web, c'est super !
http://www.centre-andreluiz.fr/Page6.htm%20
Il y a une façon de faire très simple conseillée pour l'imposition des mains, en laissant faire les Esprits qui travaillent avec nous, en voiçi un extrait, sachant que l'article complet est ici: http://www.centre-andreluiz.fr/PASSE_rev_2007_06.htm . C'est pas beau un cours gratuit, au lieu d'un stage à 400 ou 1000€ ?? et les meilleurs esprits qui nous aident, ils nous demandent combien à la fin du mois ???
Quelques extraits:

« Le passe est une des formes de la pratique médiumnique. La technique du passe appartient aux Esprits supérieurs, qui donnent les qualités et dirigent les fluides conformément aux nécessités de chaque patient.
Le médium agit comme un intermédiaire, ce n’est pas lui qui opère le traitement, se sont les Esprits »
La passe demande de celui qui le donne de l’amour et la sincère intention d’aide.
La passe est avant tout une transfusion d’amour.
« tous nos déséquilibres physiques et moraux se traduisent par la création de larves et de dangereux germes psychiques, qui vont attirer des entités malfaisantes qui vont nous vampiriser pour s’en nourrir ». Ces larves et ces germes psychiques peuvent être traités par les passes magnétiques, de différentes manières, pour être éliminées..
L’harmonisation des centres de forces nécessite la réforme morale, en portant chacun sa propre croix. La faculté de guérir par l'imposition des mains a évidemment son principe dans une puissance exceptionnelle d'expansion, mais elle est accrue par diverses causes, parmi lesquelles il faut placer en première ligne : la pureté des sentiments, le désintéressement, la bienveillance, l'ardent désir de soulager, la prière fervente et la confiance en Dieu, en un mot toutes les qualités morales.

Méthode 1 – 4 phases  

Commencer par une prière demandant la protection des Esprits supérieurs.

L’action de Esprits inférieurs se concentre plus particulièrement dans les dos, les épaules, spécialement au niveau de la nuque et le long de la colonne vertébrale. C’est comme si tout le dos était recouvert d’un fluide visqueux.
Dans cette optique, partant de la tête on va éliminer toutes ces vibrations négatives vers le bas puis de nos mains vers l’extérieur. 
On envoie les fluides de la tête vers les épaules pour apporter l’équilibre, corriger les déséquilibres. 
On envoie des fluides irradiant le centre coronaire qui va irradier tous les autres centres auquel il est étroitement lié. 
On peut ensuite appliquer le passe sur la région physique affectée.
Nous devons toujours demander la protection et l’assistance des esprits supérieurs, ainsi que leur aide pour que nous soyons de bons intermédiaires.
 
 Bon, j'ai la chance d'habiter en bord de mer, il fait hyper beau, alors je vous quitte pour une balade, les marsouins seront ils encore là ??

Loving someone with Borderline Personality Disorder

Never give hope !

 Petit post juste pour dire que je ferai dans le futur quelques articles sur les Troubles de Personnalité Limite (TPL, en anglais BPD (Borderline Personality Disorder)).
Je suis en train de synthétiser différents ouvrages sur le sujet "Loving someone with Borderline Personality Disorder" de Shari Manning, "Ces gens qui sont borderline de Mason et Kreger", également les passages des ouvrages de Aaron Beck qui traitent de cela, ainsi que l'ouvrage de la personne qui a initialisé les TCC (thérapies cognitives et comportementales) pour le trouble borderline: Marsha Linehan.
Tout ceci est passionnant car l'ensemble des thérapies, des comportements à acquérir servent en fait à tout le monde... Marsha Linehan par exemple, qui s'est avéré une thérapeute efficace pour améliorer les troubles borderline enseigne à combiner 4 compétences.."mindfulness, interpersonal effectiveness, emotional regulation, and distress tolerance." (pleine conscience, relations interpersonnelles, régulation des émotions, et tolérance à la détresse), ce sont des compétences dans lesquelles les personnes avec un trouble TPL ne sont pas très douées... mais qui en fait peuvent bénéficier à tout le monde..moi le premier !
En premier on retrouve la pleine conscience "mindfulness" notamment vulgarisé par Jon Kabat-Zinn (apprendre à méditer pour se libérer du stress et des tensions), il s'agit de trouver son centre duquel on regarde les pensées, émotions, etc.... évidemment on est en plein dans une démarche d'Eveil au Soi, et on voit que certaines thérapies à la pointe rejoignent des démarches initiatiques ancestrales, passionnant (je me demande comment cela se fait que je suis embarqué là dedans, mais bon le destin sans doute ! on m'a prédit plusieurs fois que je deviendrai une sorte de psychologue de l'âme, de thérapeute des blessures d'âmes, d'enlever les noeuds dans les mémoires familiales, doué pour aider les gens à trouver une structure...bon ben pas de soucis on va y faire !! mais d'abord sur moi avant de prétendre à aider quelqu'un d'autre...en plus j'apprends plein de chose sur moi aussi dans le processus..).
Comme le dit fort bien Shari Manning, les personnes avec un trouble TPL sont souvent des personnes par ailleurs adorables, pleine d'amour pour le prochain, intelligente et drôle. Le trouble est ainsi particulièrement déstabilisant pour l'entourage, qui parfois se trouve avec la personne qu'ils apprécient tant, et parfois face à une personne qui n'a plus rien à voir et qui devient volcanique (et à un don pour reprocher à l'autre justement d'être atteint du trouble TPL en plus, ce qui fait que ce sont des sujets durs pour les thérapeutes et l'entourage). In fine les personnes avec TPL, enchaînant les échecs interpersonnels, finissent souvent dans une forme de honte, de dépression, avec 10% de tentative de suicide...ont un comportement impulsif, et ont tendance à se tourner vers l'alcool ou les activités dangereuses (sexualité à risque, sport extrême, etc., automutilisation).. environ 50% des personnes avec TPL ont subi des agressions physiques dans l'enfance ou un changement soudain..
Moi je veux avant tout apporter un message d'espoir... le trouble TPL n'est pas la personne, ce n'est qu'une partie.. qui plus est souvent les personnes avec trouble TPL ont beaucoup de compassion et d'autres qualités précieuses... par ailleurs, l'approche thérapeutique de Marsha Linehan semble donner de bons résultats..
Les ouvrages disponibles donnent également des billes pour l'entourage, comment se protéger, se respecter, quand mettre fin à une relation, et, intéressant, comment mieux dialoguer lors d'une crise: valider les ressentis de l'autre (même si au fond on n'est pas en phase), reformuler ce qui dit l'autre (ce n'est pas le moment de lui rappeler son trouble, cela ne fera que l'énerver encore plus).., proposer des solutions, gérer soi-même ses émotions face à l'agressivité de l'autre (sourire, reprendre son souffle..),...
A suivre..
Avec amour, Philippe



mercredi 11 janvier 2012

La thérapie cognitive, ça marche ! - Aaron Beck

Aaron Beck et Tenzin Gyasto

Hello !
Je viens de parcourir avec passion l'ouvrage du père fondateur de la thérapie cognitive: Aaron Beck: "cognitive therapy and the emotional disorders" (disponible en français aux éditions de Boeck, mais 5 fois plus cher que la version en anglais chez Penguin Psychologie...). j'ai déjà commencé à parler de la thérapie cognitive dans un post précédant: http://advaita22.blogspot.com/2012/01/therapie-cognitive.html
Je pensais étudier cela pour pouvoir éventuellement aider un jour des personnes de ma connaissance, mais à ma surprise, les résultats sur moi sont très impressionnants, je dois dire que c'est surprenant ! (par rapport aux autres techniques de bien-être et thérapies que j'ai essayées jusqu'ici).
En même temps qu'Aaron Beck mettait cette technique au point (son livre date de 1975), un autre thérapeute Albert Ellis faisait aussi les mêmes découvertes..
Cette approche se distingue de la psychothérapie analytique de Freud, dans la mesure où ici on ne cherche pas à corriger l'inconscient, ni à l'interpréter, ni à revivre quoi que ce soit.. cette approche se distingue aussi des thérapies comportementales (où l'on cherche à corriger un comportement), naturellement on peut coupler approche cognitive et comportementale (ce qu'on appelle alors en français TCC).
Aaron Beck, en faisant la synthèse des pensées automatiques de ces patients, a constaté que suivant la pathologie, on retrouvait les mêmes schémas de pensées... du coup il a eu l'idée d'aider le patient à revisiter son système de pensée, qui est erroné, une déformation de la réalité, et comme les émotions proviennent beaucoup des pensées... en corrigeant le système de pensée, on corrige la façon dont la personne se sent et se comporte..
Aaron Beck et d'autres collègues ont ainsi fait une synthèse des système de pensées selon les différents troubles; je trouve qu'on s'y retrouve très bien !
Le thérapeute ne va pas chercher à faire un lavage de cerveau du patient, il va plutôt en dialoguant avec lui (sous forme de dialogue de type socratique), l'inviter à questionner son système de croyance (que le thérapeute sait être erroné car répondant toujours aux mêmes idiosyncrasies suivant le trouble).. au final, c'est le patient qui est acteur de sa guérison, car c'est lui qui va décider de renoncer à son système de croyance, quand il sera prêt.. on utilise une approche en 3 colonnes: 1) la situation qui a déclenché une émotion forte, 2) la pensée automatique qui était associée (que l'on va questionner) 3) la pensée plus rationnelle proposée à la place..
L'évacuation des émotions (pleurs, colères) est aussi conseillée par Aaron Beck, mais cela n'est pas directement dans le cadre de cette thérapie; par ailleurs dans quelques cas (je n'ai pas le détail à ce stade de mes lectures), évacuer les émotions peut aggraver le problème..
Cette approche donne de très bon résultats, parfois c'est fulgurant, je confirme..
Par exemple, prenons une personne qui, face à des difficultés, à tendance à devenir triste/dépressive..
Et bien ce genre de personnes, quand on les écoute, leur trauma revient beaucoup à une perte (probablement dans l'enfance ou dans une vie antérieure).. le schéma de pensée (dont on n'a pas pleinement conscience qu'il est faut, c'est la clef) est alors le suivant "je ne peux être heureux que si on m'aime", et tout un tas de corollaires "je dois réussir tout ce que je fais, je dois être accepté, admiré par tout le monde tout le temps, je dois être au top, ma valeur dépend de ce que les autres pensent, si quelqu'un est en désaccord avec moi c'est qu'il ne m'aime pas, je dois saisir toutes les opportunités".. une telle personne va réagir par dépression (perte sommeil, appétit, libido, envie de vivre) à toute perte (brusque, ou retrait progressif d'affection). Elle peut fuir et éviter aussi.
Par contre, si le thérapeute (ou la personne elle même) réussit à ce que la personne remette en cause cette pensée ("je ne peux être heureux que si on m'aime"), alors tout change... toutes les énergies bloquées se débloquent, etc..
D'autres pathologies sont abordées, par exemple les personnes à dominante (on peut tous par moment l'être un peu de même qu'on peut tous déprimer par moment, on parle ici de quelque chose de flagrant et chronique) de type colériques-paranoïde: ces personnes ont souvent l'impression qu'on leur fait une injustice, qu'on abuse d'eux, voient des offenses illusoires, ont le plus grand mal à résister aux frustrations d'un souhait, vont prêter des intentions à l'autre qu'il n'a pas, vont exagérer, se mettre en colère, manipuler pour contrôler, et rejeter la faute sur l'autre en se remettant peu en cause (au contraire de la personne à tendance dépressive qui va trop se culpabiliser). Là encore la thérapie consiste à examiner les schémas de pensée erronés (genre "le monde me veut du mal") pour les remplacer par des pensées plus réalistes..
Les névroses d'angoisses sont abordées aussi (signaux d'alarme danger trop fort dans l'organisme), ainsi que moulte autres troubles...
Pour les troubles borderline il faut se reporter à un autre ouvrage qu'il a écrit avec 3 autres cliniciens, j'en parlerai une autre fois. Je parlerai aussi de son livre sur la thérapie cognitive appliquée aux couples "Love is never enough", ainsi que les ouvrages de ses collègues..
Nettoyer ses schémas de pensée est important avant de prétendre à créer sa réalité (je reparlerai de "Reality Transurfing" de Vadim Zeman.. Calmer ainsi son mental est bon pour mieux entendre le chant de l'Âme.. (fort bien nommé également l'Ange de la Présence)..
Je parlerai aussi peut être un jour du lien entre thérapie cognitive et le zen, le chan, et le vedanta, mais ça, ça sera peut être ma ptite contribution inventive à moi..

Mister Aaron Beck !!