mardi 18 février 2014

Documentaire sur l'oeuvre d'Allan Kardec

Ola,
Un beau documentaire brésilien sur l'oeuvre magistrale d'Allan Kardec.
Essentiel..

mardi 11 février 2014

5 clés pour le bonheur - Ray Chambers

Aloha,

Après avoir obtenu un grand succès dans le monde des affaires, Ray Chambers s'est aperçu qu'il n'était pas heureux. Il a alors remis en question sa vie, commencé à créer des activités humanitaires.
Il a transmis au PDG de LinkedIn ses 5 clés pour le bonheur:

1. Vivre dans l'instant,
2. C'est mieux d'être aimant que de vouloir avoir raison,
3. Soyez un spectateur de vos pensées, spécialement quand vous devenez émotionnel,
4. Ayez de la gratitude pour au moins une chose par jour,
5. Aidez les autres à chaque fois que vous en avez l'occasion.

Article en anglais du PDG de LinkedIn et de Ray Chambers:
http://www.linkedin.com/today/post/article/20140210025756-22330283-five-keys-to-happiness

lundi 10 février 2014

Une peur qui monte est une peur qui se libère - Eric Baret

Aloha !
Notre refus du ressenti, du corps émotionnel, est réputé source de nombreuses maladies..

Ci dessous un passage intéressant d'une conférence d'Eric Baret.

"Généralement  l'émotion est ajournée, bloquée, car dans une émotion, il n'y a pas de personne. L'émotion détruit la sécurité, détruit la référence. Les gens ne supportent pas d'avoir peur, ne supportent pas d'être en colère, ne supportent pas d'être joyeux, ne supportent pas d'être malheureux, car lorsque l'émotion est forte, on perd ses références.
Quand il y a l'émotion, il n'y a pas d'égo. L'égo bloque l'émotion. Donc quand une émotion surgit, l'ego refuse l'émotion. Quand la peur apparaît, l'égo ne veut pas avoir peur. Quand la tristesse apparait, l'ego ne veut pas être triste. Je passe mon temps à refuser l'émotion. Quand une bulle de tristesse monte en moi et que je décide de me marier pour ne pas être triste ou de divorcer pour ne pas être triste ou de faire du yoga pour ne pas être triste, la bulle reste là. Et dans un moment de "non fabrication", de nouveau la bulle va monter. A ce moment-là je vais décider d'acheter un appartement, d'acheter un chien, d'apprendre le russe pour être moins triste. Mais la bulle est toujours là jusqu'au moment où je me rends compte que la bulle de tristesse qui monte, monte pour s'éliminer. Elle ne monte pas parce que je suis triste. Je ne suis pas triste mais il y a la notion de tristesse en moi.
Donc au lieu de refuser l'émotion de tristesse, je vais laisser vivre cette émotion qui est purement tactile et non conceptuelle. On ressent la tristesse et quand on laisse vivre cette émotion de tristesse, elle passe par un certain nombre de transformations tactiles, sensorielles. Comme une fleur qui s'ouvre. Quand la fleur, s'ouvre, s'ouvre, à un moment donné elle meurt. Quand l'émotion est vraiment laissée libre, elle s'élimine naturellement. C'est un processus organique, on n'a pas à le fabriquer, il s'impose naturellement quand je vois que l'émotion vient pour me quitter. Mais tant que je m'approprie l'émotion, tant que je prétends être triste… et puis quand je suis triste, bien sûr je refuse la tristesse, quand j'ai peur, je refuse la peur… Et quand je me rends compte que je n'ai pas peur mais que je sens la peur, la peur peut monter…une peur qui monte est une peur qui se libère.
A ce moment-là l'émotion devient fonctionnelle, elle devient richesse et toutes les émotions deviennent positives. Il n'y a pas d'émotions négatives, c'est pour cela que les enfants jouent à se faire peur, c'est pour ça qu'on va dans les montagnes russes, pour avoir peur, c'est pour ça qu'on saute d'un pont à l'élastique, pour avoir peur. La peur est joyeuse quand on n'a pas peur. La tristesse est joyeuse quand on n'est pas triste, comme quand vous allez voir Rigoletto à l'opéra, à la fin vous êtes triste quand sa fille est assassinée, vous pleurez et quand vous sortez vous dites que c'était magnifique.
C'est magnifique de sentir la tristesse quand on n'est pas triste. Toutes les émotions sont ultimement positives, elles ramènent toujours à la tranquillité,  à l'écoute, sauf quand on s'approprie l'émotion. Car quand je suis triste, je refuse la tristesse donc je la bloque. Et puis quand je sens la tristesse, la tristesse monte, se libère et nous ramène à la joie. Quand je sens la peur, la peur monte, se libère et nous ramène à la joie. C'est pour ça qu'on aime prendre des risques physiques, etc., parce que la peur est belle quand nous n'avons pas peur. C'est la même émotion. Si je m'approprie la peur je ne peux plus bouger, si je sens la peur je suis plus rapide. C'est la même peur. Quand l'émotion de la peur est rattrapée par l'ego, c'est une émotion qui fige, qui bloque, qui ne libère pas. L'émotion ressentie est une émotion qui se libère et qui ne laisse pas de traces.
Celui qui a peur, va toujours se souvenir de quand il a eu peur, celui qui sent la peur ne va jamais y repenser quand l'émotion est finie. Celui qui saute d'un pont avec un élastique en payant pour ça, va hurler quand il descend en ressentant la peur. Le soir quand il rentre chez lui, il n'y pense plus. Celui qu'on va jeter du pont, si il ne s'écrase pas en bas, 30 ans après il va encore y penser parce qu'il a tout fait pour ce bloquer.
Donc ce qui crée le blocage c'est le refus de la situation sensorielle et pas de la situation. C'est dans ce sens là que nous disons, sur un certain plan, de nous laisser vivre l'émotion. Ce n'est pas du tout pour se réjouir de l'émotion comme dans les thérapies hédonistes ou imaginaires, non, laisser vivre l'émotion pour qu'elle meure. C'est très différent de tous les imaginaires d'exploration tactiles, sensuelles ou sensuelles de l'émotion. On se perd dans l'émotion et c'est aussi stupide que de la refuser, c'est la même chose. C'est un peu plus pédagogique, parce que quand on dit oui, on est moins tendu que quand on dit non mais celui qui cherche à sentir, s'éloigne autant de lui-même que celui qui refuse de sentir. Il s'éloigne de lui-même mais c'est plus agréable pour lui, mais c'est la même fuite. Celui qui veut sentir va dans l'imaginaire. Il n'y a rien à sentir. Et quand on laisse vivre le senti, le senti se meurt. C'est la méthode traditionnelle. "

vendredi 24 janvier 2014

20 choses que vous devez abandonner pour être heureux


Aloha !
J'ai trouvé cet article, qui n'est pas de moi, plutôt bien fait, et résumant de nombreux points de développement personnel... c'est bien sûr parfois le chemin de plusieurs années et de plusieurs épreuves, pour avancer et se libérer..
Début de l'article:
Le facteur le plus important qui nous empêche de réaliser nos rêves est simplement et malheureusement nous-même. Nous nous fixons des limites chaque jour, de manière intentionnelle ou non. Toutefois, il existe de nombreuses façons pour atténuer ces contraintes.
Voici 20 choses dont nous devons nous débarrasser si nous voulons être heureux.
1. L’approbation des autres. Soyez satisfait des décisions que vous prenez. Pensez à tout ce que vous pourriez réaliser si vous arrêtiez de donner de l’importance aux opinions des autres sur la manière dont vous vivez. Engagez-vous dans toutes les actions qui peuvent, selon vous, améliorer votre vie.
2. La colère et le ressentiment. La colère vous consume de l’intérieur. Apprenez à faire la paix avec ceux qui vous ont causé du tort. Gardez à l’esprit que celui qui vous irrite, vous contrôle.
3. L’image négative de votre corps. Il n’y a qu’une seule personne qui puisse formuler un avis sur votre physique, c’est vous. Personne d’autre n’a le droit de juger si votre physionomie est « correcte ». Être bien dans votre peau et en bonne santé sont les seules choses qui comptent.
4. L’idée ou l’attente du partenaire parfait. Il n’existe pas de partenaire idéal. L’image idéalisée du partenaire nous empêche d’avancer dans la vie. Trouvez la personne qui vous convient : celle que vous pouvez aimer pleinement, avec qui vous vous sentez à l’aise et qui vous accepte tel que vous êtes.
5. La vie parfaite. Tout comme pour le partenaire, il n’existe pas d’existence parfaite. La vie est composée des éléments que vous choisissez. Les choix que vous réaliserez se refléteront directement dans la vie que vous menez. C’est donc à vous de créer votre meilleur des mondes possible.
6. L’idée que vous allez devenir riche. Trop de gens vivent en pensant qu’ils seront un jour millionnaires. Même s’il s’agit d’un objectif réaliste pour certaines personnes, ce n’est pas quelque chose qui peut être atteint sans un labeur acharné et sans dévouement. Arrêtez de penser que l’argent est le seul facteur de motivation. Trouvez une carrière qui vous passionne et consacrez-vous complément à elle. .
7. L’idée que la chance viendra frapper à votre porte. Vous devez vous aventurer dans le monde et chercher activement votre épanouissement. N’attendez pas que les choses arrivent d’elles-mêmes. Tentez d’apprécier la vie que vous menez et soyez reconnaissant des choses que vous possédez déjà. Valorisez chaque minute et chaque journée. Pensez à vivre comme si demain n’existait pas et à tirer le meilleur parti de chaque situation.
8. Les excuses. Pas de place pour les excuses. Vous souhaitez travailler mais vous n’avez pas le temps ? Réveillez-vous donc plus tôt. Les excuses sont uniquement des rationalisations qui vous permettent de mieux vous sentir dans votre peau. Vous voulez des résultats ? Arrêtez de râler et passez à l’action.
9. Penser à votre ex. Si cette personne est votre ex, il doit y avoir une raison à cela. Si vous pensez à elle ou à lui constamment, essayez d’en tirer des leçons. Ne vous attardez pas sur des sentiments passés car cela vous empêchera d’être heureux avec quelqu’un d’autre.
10. L’obstination. C’est peut-être dur à admettre mais nous avons quelques fois complément tort. Moins vous serez têtu, plus vous serez ouvert à l’apprentissage de nouvelles choses. Pensez à toutes les choses que vous pourriez vivre si vous arrêtiez de prendre en compte l’opinion des autres.
11. La procrastination. Arrêtez de penser que vous pourrez réaliser n’importe quelle tâche dès le lendemain. Vivez dans le moment présent et faîtes votre travail au moment où il doit être fait. Maximisez votre temps selon vos capacités et effectuez chaque tâche dès que vous le pouvez. Cela vous permettra de vous sentir libéré de toute inquiétude ou stress et de bénéficier de plus de temps libre pour profiter des choses que vous aimez.
12. Vos bagages. Nous avons tous été à un moment ou un autre blessés par quelqu’un que nous aimions ou que nous pensions aimer. Avoir des sentiments négatifs pour nos relations futures peut s’avérer désastreux. Il n’existe pas deux personnes semblables. Il est donc injuste de considérer un partenaire futur selon une norme définie par une relation avec un ex.
13. La négativité. Ce que vous projetez dans l’univers vous revient automatiquement. Changez donc tout de suite la façon dont vous pensez. Arrêtez de voir la vie comme un verre à moitié vide mais voyez-la plutôt comme un verre à moitié plein. Prenez le temps d’observer la kyrielle de choses dont vous pouvez être reconnaissant. Pour un esprit positif, tout est possible.
14. Les jugements. Vous n’avez aucune idée de ce qui se passe réellement dans la vie des autres, alors qui êtes-vous pour juger la façon dont ils agissent ? Si nous passions plus de temps à nous occuper de nos propres actes et de nos propres sentiments, alors nos vies auraient certainement plus de sens.
15. La jalousie. Arrêtez d’envier les autres et appréciez les choses que vous possédez. Toute vie est unique et vous avez sûrement des choses à offrir que d’autres non pas. Lorsque nous ressentons de la jalousie, tout ce que faisons c’est remplir notre existence de sentiments négatifs.
16. L’insécurité. Les gens heureux ont tendance à avoir un niveau d’estime de soi extrêmement élevé. Ils acceptent ce qu’ils sont, rayonnent de confiance, étalent leur fierté et dégagent des ondes positives. Il n’y a aucune raison à ressentir de l’insécurité et s’il y a des choses qui vous complexent, cherchez à les modifier. C’est seulement de cette manière que vous aurez la possibilité de créer la meilleure version de vous-même.
17. Dépendre des autres pour votre bonheur. En fin de journée, la seule personne sur laquelle vous pouvez compter, c’est finalement vous. Ne commettez pas l’erreur de placer votre bonheur dans les mains d'autrui. Une relation ne vous aidera pas à mieux vivre et ne vous rendra pas plus heureux. Vous devez atteindre le bonheur par vous-même avant de trouver quelqu’un d’autre pour le partager.
18. Le passé. Arrêtez de vivre dans le passé. Vous ne gagnerez rien à vous focaliser sur les erreurs commises précédemment. Tirez-en plutôt des leçons et progressez.
19. La nécessité de contrôle. Il est parfois nécessaire de laisser couler la vie comme cela doit se faire. Vous ne pouvez pas passer tout le temps à chercher à avoir du contrôle sur des éléments qui sont hors de votre portée. Détendez-vous et laissez les choses évoluer naturellement. Embrassez l’inconnu car c’est ce qui vous surprendra le plus. Laissez-vous embarquer dans l’imprévu et savourez l’excitation que cela vous apportera.
20. Les attentes. Savoir gérer ses attentes est la clé du bonheur. Si vous relâchez vos attentes, vous ne serez jamais déçu. Ne vous attendez pas à un certain résultat pour une situation donnée. Expérimentez les choses de la vie avec ouverture d’esprit. Immergez-vous complément sans idées préconçues.